Le Vatican réplique à l'ONU et regrette «une ingérence»

Manifestation de l'Association des victimes de prêtres devant l'église Saint-Viateur de Montréal en mars 2013.
Photo: Pedro Ruiz - Archives Le Devoir Manifestation de l'Association des victimes de prêtres devant l'église Saint-Viateur de Montréal en mars 2013.
Vatican — Le Vatican dit regretter ce qu'il appelle la tentative d'un comité de l'ONU d'interférer avec son enseignement concernant l'avortement et la contraception.

Le Comité des droits de l'enfant a publié mercredi un rapport accablant qui dénonce le Vatican pour l'adoption de politiques qui ont permis à des prêtres d'agresser des dizaines de milliers d'enfants.

Le rapport réclame de plus l'ouverture des dossiers du Vatican sur les pédophiles et les ecclésiastiques qui cachent leurs crimes.

Le comité de l'ONU y critique sévèrement le Saint-Siège pour ses attitudes envers l'homosexualité, la contraception et l'avortement.

Il l'exhorte à revoir ses politiques pour assurer les droits des enfants et leur accès aux soins de santé.

Le Vatican a déclaré dans un communiqué qu'il restait déterminé à défendre et à protéger les droits des enfants.

Il déplore cependant que le comité tente d'interférer avec l'enseignement de l'Église catholique sur la dignité de la personne humaine et l'exercice de la liberté religieuse.

Le comité de l'ONU a publié ses recommandations après avoir soumis le Saint-Siège à un interrogatoire d'une journée, le mois dernier, sur la mise en oeuvre de la Convention internationale des Droits de l'Enfant (CIDE) des Nations unies.

À voir en vidéo