La Turquie congédie 350 policiers dans une affaire de corruption

L'agence de presse publique de Turquie affirme que quelque 350 policiers ont été démis de leurs fonctions dans la capitale, Ankara, alors que le gouvernement continue à lutter contre un scandale de corruption qui a déjà éclaboussé plusieurs anciens ministres.

Se disant l'objet d'un complot, le gouvernement du premier ministre Recep Tayyip Erdogan a viré des centaines d'officiers et de policiers depuis que la police a lancé des perquisitions contre les alliés de M. Erdogan le 17 décembre.

Le premier ministre prétend que les fidèles d'un mouvement religieux islamique dirigé par Fetullah Gulen, qui est installé aux États-Unis, ont infiltré l'appareil judiciaire et policier, dont ils utilisent les pouvoirs pour s'en prendre au gouvernement.

L'agence Anadolu affirme que les 350 policiers ont été chassés de leurs postes mardi.

L'agence de presse privée Dogan rapporte de son côté qu'ils ont été déplacés vers des postes de moindre importance ou à l'extérieur de la capitale.

Selon l'agence Dogan, sur les 350 policiers chassés on compte plus de 80 hauts gradés de la police de la capitale, parmi lesquels les patrons des services en charge de la lutte contre les crimes financiers, le crime organisé et la piraterie informatique.

-Avec AP

 
1 commentaire
  • Mathieu des Ormeaux - Inscrit 7 janvier 2014 22 h 12

    La "Soft Power" d'Obama?

    Tout comme son prédécesseur impérial, la Grande-Bretagne, l'empire états-unien affaibli, recours-t-il maintenant à ne tirer que de petites ficelles?

    Heureux s'ils réussissent à en faire parler un qui veuille bien étaler le linge sale...