Poutine va gracier Khodorkovski

Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré jeudi qu’il s’apprêtait à gracier l’ex-magnat du pétrole et critique du Kremlin Mikhaïl Khodorkovski, emprisonné depuis plus de dix ans.

 

Le chef de l’État, qui a fait cette annonce inattendue juste après sa conférence de presse annuelle, a expliqué que M. Khodorkovski avait récemment adressé par écrit une demande en grâce, ce qu’il avait refusé de faire jusque-là.

 

Interrogés, les avocats du détenu ont indiqué ne disposer d’aucune information.

 

La mère de M. Khodorkovski, Marina, a fait part de sa stupéfaction après l’annonce de M. Poutine. « Pour moi, cela a fait l’effet d’une bombe, car je n’étais pas du tout au courant », a-t-elle déclaré à la chaîne de télévision russe RT.

 

Âgé de 50 ans, M. Khodorkovski, devait en principe être libéré dans moins d’un an, en août 2014. Le parquet avait toutefois récemment dit enquêter sur plusieurs autres affaires criminelles le concernant.

 

Ses précédentes condamnations sont considérées par ses partisans comme un règlement de comptes du Kremlin vis-à-vis d’un homme d’affaires devenu trop indépendant et qui affichait ses ambitions politiques.

 

Pendant sa conférence de presse, M. Poutine n’a pas dit un mot de cette grâce mais avait laissé entendre qu’il ne fallait pas craindre de troisième procès.

 

Pendant cet exercice auquel il se livre chaque année, M. Poutine, au Kremlin depuis l’an 2000 avec un intermède au poste de premier ministre entre 2008 et 2012, a voulu montrer qu’il tenait fermement en mains les rênes du pouvoir.

À voir en vidéo