Au moins 76 blessés dans l’effondrement du plafond d’un théâtre à Londres

Londres – Une partie de la structure d'une salle de théâtre au coeur de Londres s'est effondrée, jeudi soir, au cours d'une représentation en pleine saison des Fêtes.

Selon les ambulanciers, 88 personnes ont été blessées, dont sept victimes de blessures considérées comme « plus sérieuses ». Tous les gens piégés dans la salle ont été escortés hors des lieux.

Selon des responsables, personne n'a subi des blessures potentiellement mortelles.

Le service des pompiers a indiqué qu'une partie du toit du théâtre Apollo s'est effondrée et a emporté des portions des balcons, propulsant plâtre, bois et débris dans le public durant une représentation de la pièce The Curious Incident Of The Dog In The Night-Time.

Plus de 700 personnes se trouvaient à l'intérieur de la salle au moment du drame, selon le Service de protection des incendies de Londres.

Les membres des équipes de secours n'ont pas voulu s'aventurer à expliquer pourquoi une partie du plafond s'était écroulée.

La police a affirmé avoir été appelée pour le signalement de l'effondrement du plafond au théâtre Apollo au coeur de Londres. Les autorités disaient d'abord être au fait d'un « certain nombre de victimes », mais sans pouvoir donner d'autres détails.

Huit camions de pompiers étaient sur les lieux dans le quartier SoHo.

Martin Bostock, qui était dans la salle avec sa famille, a parlé d'un « chaos total », et souligné qu'au début, des gens croyaient que cela faisait partie du spectacle.

Le théâtre Apollo a été construit en 1901 et compte 775 sièges.

Londres a été frappée par un orage violent vers 19h, mais on ignorait si cela avait pu causer l'incident au théâtre.
1 commentaire
  • Georges LeSueur - Inscrit 19 décembre 2013 21 h 06

    Vice de construction ?

    "The Curious Incident Of The Dog In The Night-Time." Un titre baroque ; un incident tout aussi baroque. Le théatre Appolo, sans partir en orbite, a vu mille étoiles !
    Pas de morts, et c'est tant mieux. Mais les services gouvernementaux devront à l'avenir mieux surveiller la sécurité des édifices publics.