Les Sud-Africains pleurent la mort de «Madiba» et célèbrent son héritage

Les Sud-Africains affirment aussi qu'il s'agit d'une occasion de célébrer les accomplissements de l'ancien président et leader de la lutte contre l'apartheid.

Un résidant de Johannesbourg, Hamsa Moosa, 31 ans, a déclaré jeudi soir qu'il ne serait pas libre aujourd'hui si «Madiba» n'avait pas mené son combat contre l'apartheid.

Une comptable de 29 ans, Thumelo Madikwe, a affirmé que Nelson Mandela avait «très bien» joué son rôle dans le monde et qu'il avait eu une longue vie.

Hommages du monde entier

Le président des États-Unis, Barack Obama, a déclaré jeudi que le monde avait perdu un homme influent, courageux et «profondément bon» avec la mort de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.

L'icône de la lutte contre l'apartheid «ne nous appartient plus», a dit M. Obama. «Il appartient à l'éternité.»

Lors d'une brève allocution à la Maison-Blanche, M. Obama a déclaré qu'il faisait partie des millions de personnes à travers le monde qui ont été influencées par Nelson Mandela.

Le président américain a rencontré la famille de M. Mandela plus tôt cette année, lors d'une visite en Afrique du Sud. Mais il n'a pas rencontré l'ex-président, qui était hospitalisé pour une infection pulmonaire lors de sa visite.

Un géant de la justice

De son côté, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a salué «un géant de la justice» dont le combat «pour la dignité humaine, l'égalité et la liberté» aura inspiré le monde entier.

«Personne n'a fait davantage dans notre époque pour faire progresser les valeurs et les aspirations des Nations unies», a-t-il déclaré aux journalistes peu après l'annonce du décès de Nelson Mandela, jeudi.

«Puissions-nous continuer à être inspirés à chaque jour par l'exemple de la vie de Nelson Mandela afin de continuer à travailler pour un monde meilleur et plus juste», a ajouté Ban Ki-moon.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a interrompu une rencontre portant sur les tribunaux de l'ex-Yougoslavie et du Rwanda pour observer une minute de silence en mémoire de celui qu'on surnommait Madiba.

Des hommages du Canada

Selon le premier ministre Stephen Harper, le monde a perdu un «grand leader moral et un grand homme d'État».

Dans un communiqué, M. Harper a rappelé que M. Mandela, malgré de longues années en captivité, était «sorti de prison en fermant son coeur à toute incitation à un règlement de comptes». Selon le premier ministre canadien, M. Mandela aspirait plutôt à la vérité et à la réconciliation, ainsi qu'à la compréhension entre tous les peuples.

«Il a montré que la seule voie possible pour son pays consistait à rejeter toute amertume. Sa retenue était légendaire: sa magnanimité a épargné à tous les Sud-Africains des souffrances incalculables. L'héritage durable que Nelson Mandela laisse à son pays et au reste du monde est l'exemple qu'il a donné avec sa longue marche vers la liberté. Avec grâce et humilité, il a montré comment il est possible pour les gens de transformer leur époque et leur propre vie», a également déclaré M. Harper.

Le chef de l'opposition à Ottawa, Thomas Mulcair, a de son côté loué l'intelligence et l'empathie de M. Mandela.

«Il est de ces rares personnes dont la réputation de sage traverse les âges. Nelson Mandela était l'une d'elle, a affirmé M. Mulcair. La communauté internationale et la famille néo-démocrate sont en en deuil aujourd'hui, à la suite du décès de cet homme exceptionnel».

«Homme politique plus grand que nature, Nelson Mandela a consacré sa vie à lutter contre l'injustice, à défendre, à éduquer et à prendre soin de ses semblables. Nommé citoyen d'honneur du Canada, il a été une source d'inspiration tant pour les gens les moins fortunés et les plus humbles que pour les grands de ce monde», a également noté le chef néo-démocrate.

Tristesse au Québec

Au Québec, la première ministre Pauline Marois a exprimé sa grande tristesse après avoir appris la disparition de l'ancien leader sud-africain.

«Aujourd'hui, le monde entier rend hommage à cet homme qui a consacré sa vie à ses idéaux de paix, d'égalité et de dignité. C'est avec une émotion particulière que nous joignons nos pensées à celles du peuple sud-africain et que nous lui transmettons nos plus sincères condoléances. Comme l'ensemble de la communauté internationale, nous sommes profondément attristés par la perte de ce personnage plus grand que nature», a affirmé Mme Marois.

«Certaines femmes et certains hommes hors du commun ont cette capacité d'orienter leur société vers de meilleurs lendemains. Animé d'une insatiable soif de justice, doté d'une force morale, d'une intelligence, d'une détermination et d'un courage exemplaires, Nelson Mandela fut l'un de ces êtres d'exception; sa lutte a transformé l'histoire de tout un continent», a poursuivi la première ministre.

À Montréal, les autorités municipales ont annoncé que les drapeaux seront mis en berne à l'hôtel de ville.

À voir en vidéo