Nelson Mandela, héros de la lutte contre l'apartheid, s'est éteint

«Nous avons perdu un grand fils» du pays, a dit le président sud-africain Jacob Zuma à l'annonce de la mort de Nelson Mandela, jeudi.
Photo: Jacques Grenier - Archives Le Devoir «Nous avons perdu un grand fils» du pays, a dit le président sud-africain Jacob Zuma à l'annonce de la mort de Nelson Mandela, jeudi.
Le président sud-africain Jacob Zuma en a fait l'annonce lors d'une conférence de presse tard jeudi soir. « Nous avons perdu un grand fils » du pays, a-t-il dit.

Son décès ferme le dernier chapitre de la lutte de l'Afrique du Sud pour mettre fin à l'apartheid et laisse au monde le souvenir indélébile d'un homme d'une sagesse impressionnante. Au fil des ans, des concerts de rock ont été organisés pour célébrer son anniversaire de naissance. Des vedettes de Hollywood l'ont glorifié à l'écran. Sa posture majestueuse, ses cheveux grisonnants et sa voix rauque étaient facilement reconnaissable partout dans le monde.

Né le 18 juillet 1918 à Mvezo, un petit village de la province du Cap-oriental, Nelson Mandela a été une véritable icône de la lutte contre la discrimination, consacrant une grande partie de sa vie à se battre contre le régime de l'apartheid en vigueur pendant des décennies en Afrique du Sud.

En 1961, il fonde la branche militaire du Congrès national africain (ANC), auquel il s'était joint en 1944. Deux ans plus tard, le 12 juillet 1963, il est arrêté par la police sud-africaine et est condamné à la prison à perpétuité. Dès ce moment, il devient un symbole de la lutte pour l'égalité raciale et bénéficie d'un soutien international grandissant.



Libéré le 11 février 1990, après 27 années d'emprisonnement dans des conditions souvent très difficiles, il appuie les efforts de réconciliation et de négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, les deux hommes obtiendront le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement, et de façon pacifique, mis fin au régime de l'apartheid et jeté les bases d'une nouvelle Afrique du Sud démocratique.

Le 9 mai 1994, à l'âge de 75 ans, il devient le premier président noir de la République d'Afrique du Sud. Il conservera ce poste jusqu'au 14 juin 1999.

Durant son mandat, il orchestre une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs et lutte contre les inégalités économiques.

De plus en plus effacé depuis sa retraite de la politique active en 2000, Nelson Mandela a réduit le nombre de ses apparitions publiques. La dernière remontait à la Coupe du monde de soccer d'Afrique du Sud en 2010, où l'ex-président n'a pas prononcé de discours.

Au cours des dernières années, toutefois, la tuberculose, vraisemblablement contractée pendant toutes ses années passées en prison, l'aura mené à plusieurs reprises à l'hôpital pour soigner divers problèmes pulmonaires.

En 2001, Nelson Mandela est devenu le deuxième étranger, après Raoul Wallenberg, à obtenir la citoyenneté canadienne honoraire. Seulement trois autres personnes ont obtenu ce statut depuis.

À voir en vidéo