Des milliers d’Ukrainiens manifestent pour l’Europe

Kiev — L’opposition ukrainienne pro-européenne a organisé dimanche à Kiev la plus grande manifestation depuis la Révolution orange de 2004, réclamant que le gouvernement signe un accord d’association avec l’UE, tandis que des incidents ont éclaté en marge du rassemblement.

 

Des centaines de manifestants ont tenté de prendre d’assaut le siège du gouvernement au centre de la capitale — après la manifestation qui a réuni des dizaines de milliers de participants sur la place de l’Indépendance — mais ils ont été repoussés par la police à coups de matraques et de gaz lacrymogènes.

 

L’opposition avait appelé à manifester contre le revirement du gouvernement du président Viktor Ianoukovitch qui a renoncé jeudi à signer un accord historique renforçant les liens entre cette ex-république soviétique et l’UE, sous la pression de Moscou, selon les détracteurs du régime. La manifestation a réuni 23000 personnes, selon la police, mais les organisateurs ont affirmé que leur objectif de 100000 participants avait été atteint.

 

Ce rassemblement était de loin le plus important à Kiev depuis la Révolution orange il y a neuf ans, qui avait entraîné l’annulation de l’élection à la présidence de M. Ianoukovitch, alors que ce dernier s’était déclaré vainqueur du scrutin de 2004. (Il a été élu à la magistrature suprême en février 2010).

 

Les manifestants, qui réclament la signature de l’accord d’association entre l’Ukraine et l’UE au sommet européen de Vilnius les 28 et 29 novembre, accusent le président Ianoukovitch d’avoir cédé à la pression de la Russie. Moscou pousse l’Ukraine à adhérer à son union douanière avec d’autres anciennes républiques soviétiques.

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 25 novembre 2013 09 h 12

    Autre facteur

    L'Ukraine ayant été liée politiquement à la Russie pendant mil ans (en fait, c'est le Prince de Kiev qui a créé le royauime de Russie!), près de la moitié de sa population est russe! (Bien entendu, il y a aussi de nombreux Ukrainiens en Russie et dans les autres anciens territoires soviétiques.) Si on y ajoute le boycott économique promis par Moscou, pas surprenant que le pays soit totalement divisé sur la question.