Conférence des premiers ministres et des gouverneurs - ​L'énergie au coeur des discussions

La Malbaie — Enjeux énergétiques, changements climatiques et sécurité dans le transport ferroviaire seront à l'ordre du jour pour la première ministre Pauline Marois qui reçoit les gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et les premiers ministres de l'Est du Canada au Manoir Richelieu à Charlevoix.

« Afin de relever les défis liés à la lutte contre les changements climatiques, nos gouvernements doivent collaborer et coopérer pour identifier des solutions communes à cet enjeu qui va bien au-delà des frontières, écrit Pauline Marois dans son mot de bienvenue à la dizaine de hauts dignitaires arrivés sur les lieux en fin de journée dimanche. Les thèmes de notre rencontre reflètent cette réalité et nos discussions nous permettront, j'en suis convaincue, de réaliser des progrès en la matière tout en assurant une plus grande prospérité de la région. »

À titre d'hôte de la 37e conférence annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l'Est du Canada, la première ministre a pu choisir deux des thèmes à l'agenda, soit l'utilisation accrue de véhicules écoénergétiques et la sécurité dans le transport ferroviaire. 

La catastrophe de Lac Mégantic sera à l'ordre du jour alors que le sous-ministre associé à la Direction générale de la sécurité civile et de la sécurité incendie du Québec, Guy Laroche, fera un bref retour sur le déraillement meurtrier du 6 juillet dernier. De façon plus large, les gouverneurs et premiers ministres souhaitent discuter de l'aide qu'ils peuvent s'apporter mutuellement lors de désastres d'ordre naturel ou industriel. « Une concertation régionale accentuée permettrait à la fois de mieux prévenir ces événements et d'améliorer l'entraide mutuelle en cas d'urgence », peut-on lire dans le programme des séances de travail.

L'avenir énergétique de la région sera la toile de fond de toutes les discussions qui devraient se conclure, lundi, par une série de résolutions. On souhaite notamment discuter de la dépendance envers le gaz naturel pour la production d'électricité et de l'option d'approvisionnement accru en hydroélectricité en provenance du Canada.

La première ministre Pauline Marois coprésidera les délibérations en compagnie du gouverneur du Rhode Island, Lincoln Chafee. En plus des deux coprésidents, la conférence regroupe les gouverneurs du Connecticut, du Maine, du Massachusetts, du New Hampshire et du Vermont, de même que les premiers ministres de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de Terre-Neuve et Labrador et de l'Île-du-Prince-Édouard.

Occasions d'affaires

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Alexandre Cloutier, a dit en point de presse que la priorité était donnée à l'économie, alors que plus de 11 milliards $ de biens sont déjà échangés entre le Québec et l'est des États-Unis.

«On est là aussi pour faire du développement économique», a dit M. Cloutier, qui a précisé que le gouvernement était attiré par les occasions d'affaires, entre autres pour les surplus énergétiques du Québec que pourrait présenter la conférence.

Il a noté à ce propos que les États-Unis cherchaient à diversifier leur économie et leurs approvisionnements énergétiques et étaient plus que jamais intéressés à acheter de l'électricité. Et cela tombe bien car le Québec, aux prises avec des surplus, souhaite offrir plus d'électricité à ses clients. «C'est un marché important qu'offre l'est des États-Unis», a conclu le ministre Cloutier.  

À voir en vidéo