Jeux Olympiques - Poutine interdit toute manifestation à Sotchi

Les défenseurs des droits des homosexuels ont dénoncé vendredi le décret du Kremlin.
Photo: Agence France-Presse (photo) Gérard Julien Les défenseurs des droits des homosexuels ont dénoncé vendredi le décret du Kremlin.

Moscou – Le président russe Vladimir Poutine a interdit tout rassemblement ou toute manifestation à Sotchi, sur les bords de la mer Noire, pendant les Jeux olympiques d’hiver de 2014, selon un décret publié vendredi.

 

Les « réunions, manifestations, rassemblements et défilés […], non liés au déroulement des JO, et prévus pour entre le 7 janvier et le 21 mars dans les zones où les mesures de sécurité seront renforcées, auront lieu à un autre moment », est-il écrit dans ce décret datant du 19 août mais publié vendredi dans le journal officiel Rossiïskaïa Gazeta.

 

Le texte interdit ainsi de facto tout rassemblement à Sotchi pendant les JO d’hiver, qui auront lieu du 7 au 23 février 2014 et du 7 au 16 mars pour les Jeux paralympiques, près des installations olympiques.

 

Cette annonce a immédiatement provoqué de vives réactions, notamment de militants de la cause homosexuelle qui comptaient organiser des actions de protestation pour dénoncer une loi jugée « antigay », récemment promulguée par M. Poutine.

 

« Le décret du président sur un moratoire sur la liberté de rassemblement pendant les Jeux olympiques de Sotchi n’est pas constitutionnel », a écrit le militant de la cause homosexuelle Nikolaï Alexeïev sur Twitter.

 

« Il y aura quand même une gay pride », a-t-il ajouté.

 

M. Poutine a promulgué en juin une loi controversée punissant tout acte de « propagande » homosexuelle devant les mineurs, un texte jugé discriminatoire par les défenseurs des droits de l’homme.

 

Des militants de la cause homosexuelle ont appelé à priver la Russie des Jeux olympiques de 2014 pour protester contre cette loi.

 

Par ailleurs, le décret présidentiel, publié vendredi, établit des zones spéciales à Sotchi « afin de renforcer la sécurité ».

 

Dans ces zones, les contrôles seront renforcés et même leur accès sera limité.

 

À un peu moins de six mois de la cérémonie d’ouverture des JO, la Russie est sous le feu des critiques.

 

Début août, Human Rights Watch (HRW) avait ainsi accusé les autorités russes d’avoir « harcelé nombre de défenseurs des droits de l’homme et de journalistes » qui ont dénoncé des violations de droits au cours des préparatifs des JO de Sotchi, région entre les bords de la mer Noire et les montagnes du Caucase.

9 commentaires
  • LAURENT PRADIES - Inscrit 24 août 2013 04 h 28

    savoir se tenir debout

    Si des individus savent se tenir debout et ont un cerveau où naviguent quelques valeurs humanistes, connecté à leur colonne vertébrale, en tout cas ce qu'il faut pour pouvoir se regarder dans une glace ou transmettre des valeurs positives à leurs enfants...ils n'iront pas à Sotchi ...les autres ont la droiture de leur vacuité ...

  • Josette Allard - Inscrite 24 août 2013 05 h 53

    Comité olympique

    Les assurances que prétendaient avoir reçues le président du CIO Jacques Rogue n'étaient en somme qu'un show de boucane de Moscou. Â moins d'une réaction énergique du CIO à cette annonce , il faudra conclure à la collaboration du CIO â cette entreprise de désinformation.

    • Normand Babin - Abonné 24 août 2013 12 h 16

      vous avez parfaitement raison. Le CIO semble complètement oublié les règles qui l'ont constitué. Après la Chine, la Russie de Poutine. Comment cet organisme pourra-t-il être pris au sérieux dans l'avenir?

    • Jean Beaulieu - Inscrit 24 août 2013 15 h 56

      Et pourquoi le CIO devrait dénoncer cette décision? L'un des buts du CIO est d'éviter que les jeux ne deviennent un show purement politique qui fait passer le sport en arrière plan , c'est pourquoi les athlètes qui font des déclarations politiques pendant les jeux se font taper sur les doigts.

  • Léonel Plasse - Inscrit 24 août 2013 16 h 04

    Grande démocratie

    C'est une grande démocratie comme dirait notre ami Depardieu.

    • Jean Beaulieu - Inscrit 24 août 2013 17 h 05

      Ca dépend comment on voit les choses, mais avec l'évantail de partis d'opposition présents à la Douma, de l'extrême droite à l'extrême gauche, ce n'est sûrement pas la Corée du Nord ni les Etats-Unis ou vous n'avez le choix qu'entre deux partis qui ont plus ou moins les mêmes politiques.
      Mais pour ce qui est de Sochi pendant la période des jeux, le maire Drapeau en avait fait des vertes et des pas mûres lui aussi, non seulement pendant mais avant les jeux. La fermeture de plusieurs bars gais et l'arrestation de beaucoup d'entre eux, même le nettoyage des itinérants si ma mémoire est bonne.

  • Jean Beaulieu - Inscrit 24 août 2013 16 h 19

    A quoi sert cette loi "anti-gay"?

    Si le but de cette loi était d'interdire l'homosexualité la peine encourue par les individus ne serait pas de 0 à 150$ d'amende et de 0 à 15 jours de prison mais beaucoup plus. Et je ne crois pas que les Russes sont assez fous pour penser que des activistes gays vont se mettre à distribuer des tracts à la sortie des écoles.
    La loi existait déjà à l'échelle régionale dans plusieurs oblasts et il n'y a eu que peu de condamnations depuis 6 ans ( 6 cas connus), elle s'applique à l'échelle fédérale depuis le mois de juin.
    Par contre les institutions qui violent cette loi peuvent écoper d'une amende de plusieurs dizaines de milliers de dollars.
    Je ne vois qu'une seule explication, ils ont vu que depuis quelques années certains pays de l'Ouest changent leurs programmes scolaires pour parler d'homosexualité aux jeunes, dans certains cas en ayant quasiment des quotas de couples gais au niveau images, mais c'est de plus en plus fréquent. Si un district, une ville, une commission scolaire plus libérale tentait de calquer l'occident la loi les en empêcherait.

  • Josette Allard - Inscrite 25 août 2013 06 h 56

    Homophobie

    C'est çà la loi de Poutine , ne vous en déplaise . Et cette loi de l'état russe encourage les attitudes homophobes qui vont jusqu'à la violence contre les gays et lesbiennes, violences non réprimées par les sutorités qui , par leur attitude , la cautionnent et l'encouragent. Le CIO ne peut s'en laver les mains en se contentant de quelques fausses assurances données par Moscou. Va-t'on répéter l'erreur commise à Berlin en 1936 et se taire une fos de plus?