Les Américains «redevables» à Snowden, selon Assange

Les Américains sont redevables à l’ancien consultant de l’Agence de sécurité nationale (NSA) américaine Edward Snowden car il a amené le président Barack Obama à promettre une révision du système de surveillance des communications par le renseignement américain, a estimé le fondateur de WikiLeaks Julian Assange.

 

Vendredi lors d’une conférence de presse, le président Obama a promis des réformes dans la surveillance des communications au nom de la « transparence » et de la « confiance », mais a démenti tout abus, après la polémique déclenchée par les révélations d’Edward Snowden.

 

Dans un commentaire publié sur son site australien, M. Assange a estimé samedi qu’il s’agissait d’une « victoire pour Edward Snowden et ses nombreux partisans ».

 

Selon lui, le président américain a « validé le rôle d’Edward Snowden en tant que lanceur d’alerte » en promettant des réformes.

 

Snowden redoutait surtout d’avoir tiré la sonnette d’alarme sans que des changements n’interviennent, comme il l’a dit lui-même, a relevé M. Assange.

 

Par ailleurs, le père d’Edward Snowden a annoncé dimanche avoir obtenu un visa pour rendre « très prochainement » visite à son fils, réfugié en Russie.

 

« Nous avons des visas (pour la Russie, ndlr), nous avons une date que nous n’allons pas dévoiler à cause de toute cette frénésie », a annoncé l’avocat de la famille Snowden, Bruce Fein, aux côtés de Lon Snowden interrogé sur la chaîne américaine ABC.

À voir en vidéo