Le président russe confirme que Snowden est à Moscou mais refuse de l'extrader

Moscou — Le président russe a rejeté sans ménagement, mardi, la demande d'extradition aux États-Unis d'Edward Snowden, la source de la fuite à l'agence américaine de sécurité nationale (NSA), affirmant que le jeune homme est libre de voyager comme il l'entend et assurant que les agences de sécurité russes n'ont pas tenté de le contacter.

Edward Snowden se trouve dans une zone de transit de l'aéroport international de Moscou et il n'a pas franchi les contrôles de l'immigration russe, a déclaré Vladimir Poutine, ce qui signifie que l'Américain n'est techniquement pas en territoire russe.

Après être arrivé à Moscou dimanche en provenance de Hong Kong, Edward Snowden avait réservé un vol lundi à destination de La Havane en route vers le Venezuela, puis vers un possible asile en Équateur, mais il n'est pas monté dans l'avion.

Depuis, les déplacements du jeune homme sont un mystère. Les commentaires de M. Poutine sont les premiers indiquant que le gouvernement russe sait où il se trouve.

Certains observateurs avancent que les agences de sécurité russes pourraient tenter de garder Edward Snowden en Russie pour obtenir un compte-rendu plus approfondi de ses révélations, mais M. Poutine a nié cette hypothèse.

«Nos services spéciaux n'ont jamais travaillé avec M. Snowden et ne travaillent pas avec lui aujourd'hui», a dit le président russe lors d'une conférence de presse durant sa visite en Finlande. M. Poutine a précisé que puisque la Russie n'a pas signé de traité d'extradition avec les États-Unis, elle ne peut pas satisfaire la demande du gouvernement américain.

«M. Snowden est un homme libre, et plus vite il choisira sa destination finale, mieux ce sera pour nous et pour lui», a déclaré M. Poutine. «J'espère que cela n'affectera pas la nature de nos relations avec les États-Unis et j'espère que nos partenaires comprendront cela.»

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a déclaré mardi que même si les États-Unis n'ont pas de traité d'extradition avec la Russie, le gouvernement américain veut que Moscou se conforme aux pratiques de droit commun entre les pays quand il s'agit de fugitifs.

Le gouvernement américain serait dans l'embarras si la Russie décidait d'offrir à Edward Snowden un asile temporaire et un transit sûr vers un autre pays. Et malgré les démentis de M. Poutine, les services spéciaux russes ne manqueraient probablement pas leur chance d'interroger l'homme qui a diffusé aux médias d'importants documents confidentiels américains.

La Russie pourrait aussi tenter de se servir des révélations de M. Snowden pour répliquer aux critiques des États-Unis sur la situation des droits de la personne en Russie.

Vladimir Poutine a comparé Edward Snowden à Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks qui est réfugié depuis un an à l'ambassade d'Équateur à Londres, affirmant que les deux hommes étaient considérés comme des criminels mais qu'ils se considéraient eux-mêmes comme des militants des droits de la personne et de la liberté d'information.

«Posez-vous une question: est-ce que les gens comme eux devraient être extradés afin d'être envoyés en prison, ou non? Dans tous les cas, je préférerais ne pas avoir à gérer de tels dossiers», a dit le président russe.

11 commentaires
  • Georges LeSueur - Inscrit 25 juin 2013 14 h 52

    Enfin un président qui se tient debout !

    Les Assange et Snowden de ce monde ont choisi un rôle bénéfique mais ingrat.
    Ils sont pourchassés par les puissants dont les travers sont révélés au grand jour.
    Ces courageux "trouble-fête" méritent notre appui. Poutine l'a compris.
    Le refus du PM russe fait preuve d'un libre-arbitre et d'un sens politique indéniable, plus honorables que de céder aux demandes pressantes américaines.

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 25 juin 2013 20 h 21

      Quel role bénéfique ?? expliquer svp.

  • Marcelle Leclerc - Abonnée 25 juin 2013 16 h 03

    poutine l'exécu...

    Voilà un président...
    Ne venez pas me dire que vous avalez sans mâcher ce que Poutine cherche à nous servir! Inversez la situation et vous imaginerez facilement ce qu'il en ferait de M. Snowden. Il saurait le trouver où qu'il soit pour lui faire l'ultime leçon de sa vie.
    Marcelle Leclerc

  • Eric Grenier - Inscrit 25 juin 2013 16 h 08

    C'est une farce !!!

    Les ruse veille seulement a leur intéret, je me demande si quelqu'un avait fait la même chose comme ils en parleraient... surment pas avec les éloges des droit de l'homme et blablabla :)

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 25 juin 2013 18 h 36

      Il serait condamné officiellement ou zigouillé comme d'autres l'ont été: empoisonné, ou plus directement par des genres de tueurs à gage comme une certaine citoyenne et journaliste. Tout le monde sait de qui je veux parler...

      Poutine veulent juste redorer une son immage auprès des naïfs et ça semble marcher.

      Quand à Aussage il ne faudrait pas oublier que l'accusation qui pèse contre lui en est une de viol, non?

    • Olivier Carrier - Inscrit 26 juin 2013 00 h 31

      @Céline Massicotte:

      Fouillez un peu plus et vous verrez qu'ils n'y a pas seulement les autres qui sont naïfs.

  • Georges LeSueur - Inscrit 25 juin 2013 21 h 31

    Suite et fin

    Aucune illusion sur poutine, issu du KGB. il a écarté des journalistes et des hommes qui lui faisaient ombrage de manière implacable. Sa gouvernance est proche d'un dictateur.
    Mais j'apprécie qu'il tienne tête devant les menaces voilées américaines.
    Notre PM canadien ne fait pas montre d'autant de fierté danc ces circonstances.
    Il est certain que Snowden est un prospect intéressant de qui il y a matière à retirer pour la Russie. Hormis de précieuses informations sur les pratiques et personnes du renseignement.
    Mettre sous le nez des E-unis que leur régime soi-disant démocratique récèle autant de lacunes qu'ils dénoncent ailleurs n'est pas pour leur déplaire.
    Sans être dupe des intentions chacun utilise les cartes qu'il a dans son jeu.
    Poutine est-il tenté de faire avec Snowden un "remake" de l'expérimentation des bras ouverts (qui lui avait bien réussi) avec Gérad Depardieu ?

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 26 juin 2013 08 h 51

      À Olivier Carrier

      Ben oui! Naîf... peut-être l'êtes vous un peu vous-même? Après tout on prend toujours le parti qui nous convient, certain d'avoir raison.

      Une petite phrase, et tout est réglé! Facile...

  • rabah hammachin - Inscrit 25 juin 2013 22 h 28

    dormez, doormeeeez!!

    Ce gars avait un salaire de 200000 $, une jolie blonde et tout ce qu'il faut pour être un bon consommateur comme semblent les aimer les gens bien. Il a choisi de dire des vérités pour nous réveiller, de foutre en l'air son confort, de se mettre en danger, de quitter sa blonde pour aller vers l'inconnu pour être en accord avec sa conscience. Il nous crie que nous sommes espionnés par des gens qui n'ont pas de raisons valables, ni moralement ni légalement. L'administration américaine n'a pas nié. Elle essaie de justifier, de mettre un peu de pommade pour mieux nous b.... Et que trouvons nous à dire? Que cet homme qui aurait dû être encensé comme un héros est considéré comme un paria!!! Alors continuons de dormir au gaz. Nous sommes complètement hypnotisés par la clique à Obama. Nous ne nous rendons même pas compte que des pans entiers de notre espace de liberté, même virtuelle, ne nous appartiennent plus.