Record de pollution à Singapour

Singapour – Gratte-ciels perdus dans le smog, qualité de l’air jugée dangereuse pour la santé, vendeurs de masques en rupture de stock : Singapour étouffait jeudi sous des records historiques de pollution, dus à des feux volontaires allumés sur l’île indonésienne voisine de Sumatra. L’indice de pollution a atteint jeudi midi 301, soit un niveau jugé « dangereux » pour la santé des quelque 5,3 millions d’habitants de la cité-Etat, après avoir franchi un record historique dans la nuit à 321. Tout indice supérieur à 200 est considéré comme une menace sanitaire. L’odeur âcre de brûlé prenait au nez dans le quartier des affaires de cette capitale de la finance réputée pour son obsession de la propreté et de la santé. Les pharmacies étaient en rupture de stocks de masques jetables, tandis que les joggeurs avaient déserté les parcs. Chaque année à la même période, Singapour étouffe sous l’épaisse fumée que lui envoie l’île indonésienne de Sumatra, où la culture sur brûlis est encore largement pratiquée.