Mariage gai adopté en France – affrontements dans les rues de Paris

Paris — Des affrontements ont éclaté mardi entre manifestants et policiers près de l'Assemblée nationale française quelques heures après que le pays eut légalisé le mariage gai.

Certains opposants à la mesure ont lancé des cocktails Molotov et l'escouade anti-émeute a répliqué avec des grenades de gaz lacrymogène devant les Invalides, près du Palais Bourbon.

Plus tôt mardi, le projet de loi légalisant le mariage entre personnes du même sexe en France avait été facilement adopté par l'Assemblée nationale, où les socialistes dominent, à 331 voix contre 225.

Après le vote, les membres de la communauté gaie et lesbienne ont envahi une place près de l'Hôtel de Ville de Paris pour célébrer leur victoire.

Durant les dernières semaines, les attaques contre les couples homosexuels se sont multipliées et certains politiciens ont même fait l'objet de menaces, dont M. Bartolone, qui a reçu une enveloppe remplie de poudre à canon lundi.

En mars, au cours de l'un des plus importants rassemblements contre le mariage gai, des centaines de milliers de manifestants provenant des provinces françaises avaient été transportés par autobus jusqu'à Paris. Parmi eux figuraient des militants conservateurs, des parents avec leurs enfants, des retraités et des prêtres.

Cette manifestation s'était terminée dans le chaos, les forces de l'ordre lançant des grenades de gaz lacrymogène alors que des agitateurs chargeaient les policiers, endommageaient des voitures et essayaient de se frayer un chemin jusqu'au palais présidentiel.

Mardi, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a affirmé devant l'Assemblée nationale que les premiers mariages de couples du même sexe pourraient avoir lieu dès juin.

«Nous pensons que les premiers mariages seront beaux et qu'il soufflera dans ce pays un vent d'allégresse», a-t-elle affirmé. «Ceux qui contestent aujourd'hui seront sûrement confus d'être saisis par l'émotion du bonheur des mariés et de la joie des familles.»

Lorsque le président François Hollande a promis de légaliser le mariage gai durant la campagne électorale, le sujet était relativement peu controversé. Mais il s'est transformé en test pour M. Hollande à mesure que sa popularité baissait, majoritairement en raison des difficultés économiques du pays.

La figure la plus connue de l'opposition au mariage des personnes du même sexe, une ancienne actrice surnommée «Frigide Barjot», a déclaré que le mouvement, baptisé «La manif pour tous», continuerait à exister même après l'adoption du projet de loi et présenterait peut-être des candidats aux élections municipales de 2014.

Les conservateurs français, mis à mal par la défaite de Nicolas Sarkozy aux dernières élections et par des luttes intestines, ont trouvé dans leur opposition au mariage gai une cause susceptible de les unir. Ils espèrent que le sujet restera à l'ordre du jour et l'UMP prévoit contester la loi devant le Conseil constitutionnel.

La France, qui est le 14e pays à légaliser le mariage gai, permet l'union civile depuis 1999 et cette dernière est aussi populaire auprès des hétérosexuels que des homosexuels. Cette loi ne contient toutefois pas de dispositions relativement à l'adoption et, quand il s'agit de couples du même sexe dans l'Hexagone, l'opposition n'est jamais aussi forte que lorsque des enfants font partie de l'équation.

Selon de récents sondages, un peu plus de la moitié des Français s'opposent à l'adoption par parents du même sexe, ce qui correspond aussi au nombre de Français en faveur du mariage gai.

***
Avec cette vidéo qui vient tout juste d'être mise en ligne, les journalistes Jérémie Battaglia et Antoine Le Lay ont voulu comprendre ce qui anime les opposants au mariage gai en France.


7 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 23 avril 2013 16 h 44

    Une victoire pour l'équité


    «L’État n'a pas d'affaire dans la chambre à coucher des citoyens.» - déclara un jour Pierre Elliott-Trudeau. Et malgré mes grandes réserves face au personnage, il faut avouer qu'il s'agissait-là d'une des meilleures prises de positions de cet l'ancien premier ministre du Canada.

    Que chacun puisse vivre ses relations comme bon lui semble et se mêle de ses affaires.

    Bravo la France !

    C'est une victoire pour l'équité.

    Christian Montmarquette
    Montréal

    .

  • Georges LeSueur - Inscrit 23 avril 2013 18 h 51

    Ben oui !

    La règle semble donc de faire comme tout le monde. Le bon point est qu'une bonne moitié des Français, pas si moutons que ça ont montré leur désaccord.
    Tout le monde parle de sexe disait Jean Pierre.Tout le monde le fait: Fais-le donc dit l'autre !
    C'est quoi la prochaine nouveauté à faire adopter... en chambre ?

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 23 avril 2013 21 h 16

      Ah! y'a rien comme se poser en esprit critique face à la masse ignare pour donner de la crédibilité à un argument inexistant. Des millénaires d'oppression, de la violence et du déni dans la plupart des régions du monde, et monsieur nous dit que d'accepter le mariage gai est «faire comme tout le monde».

      Passons : malgré la lassitude des repus, l'humanité progresse.

    • Richard Labelle - Abonné 23 avril 2013 23 h 31

      Ça vous enlève quoi, à vous, au juste, cette législation, M LeSueur? Traiter par la bande les gens qui sont en faveur de ce changement de moutons relève d'un certain mépris à l'égard de notre jugement (et je suis hétéro en passant). Et les moutons, comme vous dites, sont surtout réfractaires au changement qui pourrait bouleverser leurs vieilles habitudes et leur douillette tranquilité. Avez-vous eu le même raisonnement à l'égard de l'égalité des femmes que je n'en serait pas surpris.

  • Hubert Collin - Inscrit 23 avril 2013 23 h 13

    La chambre

    M. Montmarquette,

    Permettez-moi de souligner deux faiblesses de votre raisonnement. Tout d'abord, si, comme vous dites, l'état n'a rien à faire dans la chambre à coucher des gens, alors elle n'a pas à prendre parti et à légiférer sur le mariage. Il faudrait que vous soyez consistant avec vous-mêmes.

    Ensuite, je ne crois pas que cette question ait quelque chose à voir avec ce qui se passe dans le lit des gens. La plupart des personnes qui s'opposent au mariage des personnes de même sexe ne conteste pas le droit aux homosexuels de s'aimer et de se faire plaisir. Le débat tourne plutôt autour du modèle familial, de l'univers symbolique des enfants "issus" de personnes de même sexe, et des dérives auxquelles une telle loi peut ouvrir la porte et/ou donner lieu. C'est une question beaucoup plus profonde qu'il n'y paraît et qui ne se résume absolument pas à la chambre à coucher, ni à la chambre des représentants d'ailleurs. C'est ce que certains français essaient de dire actuellement.

    Ajouter à cela un gouvernement qui n'écoute pas la population, qui trahit son programme, et dont certains membres se sont fait récemment prendre la main dans le sac, et vous obtenez des manifestations qui bien sûr apparaissent plus violentes dans nos chers médias que ce qu'elles sont vraiment, sans compter qu'une certaine préfecture s'est fait prendre en flagrant délit de gommage/tripotage des vidéos des manifestants.

    Alors vous pouvez bien pencher du côté de Trudeau-père si ça vous chante, mais svp demeurez consistant et conséquent dans votre raisonnement, et n'hésitez pas à réfléchir à tous les enjeux que le problème soulève, à défaut de quoi vous nous offrez un argumentaire à peine digne de ceux de Trudeau-fils.

    • Chantal Poulin - Inscrite 25 avril 2013 13 h 50

      Justement, ce projet de loi français rétabli un parti-pris de l'État en faveur des marriages hétérosexuels. L'orientation sexuelle ne devrait tout simplement pas être un motif de discrimation pour aucune institution sociale ou familiale. Alors vous le voyez bien, M. Montmarquette était très consistant avec lui-même.

  • Richard Labelle - Abonné 23 avril 2013 23 h 20

    Presque 10 ans plus tard et encore!

    Dire qu'au Québec, ce droit existe depuis 2004! Comme quoi la France et une grande partie de l'Europe a encore un long chemin devant elle pour ce qui est de l'égalité des personnes, tout sexe ou orientation sexuelle confondues.