Glissement de terrain au Tibet: recherches en cours pour localiser 83 mineurs

Pékin – Des dizaines de mineurs étaient toujours pris au piège dans la région tibétaine de la Chine, vendredi, à la suite d'un glissement de terrain majeur, ont rapporté les médias chinois officiels.

Il est possible que les 83 travailleurs de la mine d'or dormaient au moment où environ deux millions de mètres cubiques de boue, de roches et de débris ont déboulé sur le terrain d'une superficie d'environ quatre kilomètres carrés, selon la chaîne télévisée China Central (CCTV).

Plus de 1000 intervenants – policiers, pompiers, soldats et médecins – ont été dépêchés sur les lieux afin de participer aux efforts de recherche. Environ 30 excavatrices ont commencé à retirer les gravats en fin de soirée, vendredi, alors que les températures avoisinaient le point de congélation.

L'incident est survenu à environ 70 km de la capitale régionale, Lhasa, dans le comté de Maizhokunggar. Les mineurs travaillaient pour une société affiliée à la minière China National Gold Group, première en importance au pays pour la production aurifère.

Cette catastrophe ravivera sans doute les débats entourant le règne chinois au Tibet. Ses détracteurs plaident que les intérêts de Pékin sont motivés par la richesse minière de la région et par sa situation stratégique, et que le développement se fait aux dépens du fragile écosystème de la région et des traditions de la culture bouddhiste des Tibétains.

D'après les informations de l'agence de presse Xinhua, au moins deux des travailleurs seraient d'origine tibétaine. La majorité des mineurs seraient toutefois de l'ethnie chinoise Han, a avancé CCTV.

Des informations circulent à l'effet qu'un «désastre naturel» non précisé serait à l'origine de l'événement.

Les médecins de l'hôpital du comté ont été avisés que des survivants pourraient se présenter à leurs portes. Certains patients qui se trouvaient déjà à ce centre hospitalier ont été transférés dans d'autres établissements afin de libérer des lits.

Les responsables locaux joints au téléphone ont confirmé qu'un glissement de terrain s'était produit, mais sans fournir plus de détails. La minière n'a pas donné suite aux messages téléphoniques laissés par l'Associated Press.

Le Tibet demeure l'une des régions les plus pauvres de la Chine malgré l'abondance de ses richesses minières. De nombreux Tibétains dénoncent le fait que les entreprises détenues par l'État chinois s'enrichissent sur leur dos.