Une météorite explose dans le ciel de la Russie, faisant 1000 blessés

Près d'un millier de personnes ont été blessées vendredi matin quand une météorite a explosé avec la puissance d'une bombe atomique dans le ciel de l'Oural, en Russie.

Des dizaines de victimes ont été hospitalisées, dont plusieurs dans un état grave. Les blessés ont surtout été touchés par des éclats de verre, quand des vitres ont été fracassées par les explosions.

L'Académie des sciences de Russie estime que la météorite pesait au moins 10 tonnes. La météorite serait entrée dans l'atmosphère à une vitesse d'au moins 54 000 km/h et aurait explosé à une quarantaine de kilomètres d'altitude. L'Académie a ajouté que l'explosion avait une puissance de plusieurs kilotonnes.

Des vidéos mise en ligne par des résidants de la région montrent de grosses boules incandescentes traversant le ciel à basse altitude. Des images diffusées à la télévision montrent quant à elles une épaisse traînée de condensation blanche.

La chute des fragments de météorite a entraîné des scènes de panique au sein de la population, même si le secteur le plus affecté est peu peuplé. Des femmes âgées se sont précipitées dans les rues en hurlant que la fin du monde était arrivée.

Des dirigeants municipaux ont indiqué que les explosions avaient fracassé 100 000 mètres carrés de vitres. Quelque 3000 édifices ont été abîmés, notamment une usine de zinc dont le toit a été lourdement endommagé. On ne sait toutefois pas si les dégâts ont été causés par un fragment de météorite ou par l'onde de choc.

«C'était la panique. Les gens ne comprenaient pas ce qui se passait», a déclaré par téléphone Sergeï Hametov, un résidant de Tcheliabinsk, à environ 1500 km à l'est de Moscou. «Nous avons vu un gros éclat de lumière, puis nous sommes sortis pour voir ce que c'était et nous avons entendu un bruit très fort, comme du tonnerre.»

Le ministère de l'Intérieur a précisé que 985 personnes avaient demandé des soins médicaux, dont 44 qui ont été hospitalisées. La majorité des blessures ont été causées par des éclats de verre.

«Je suis allé voir ce qui se passait quand j'ai vu un éclat de lumière dans le ciel», a dit un autre résidant, Marat Lobkovski. «Puis la fenêtre a éclaté et j'ai été projeté vers l'arrière. J'ai été coupé au visage, mais ça va maintenant.»

Les classes venaient à peine de commencer dans les écoles de Tcheliabinsk quand la météorite a explosé. Plus de 200 écoliers comptent parmi les blessés. La télévision russe a aussi montré des images d'athlètes qui s'entraînaient dans un amphithéâtre de la ville et qui ont été touchés par des morceaux de verre quand de grandes vitres ont éclaté près d'eux.

Les vitres fracassées ont exposé les résidants au froid, alors que le mercure est descendu à -10 °C vendredi dans la région. Le maire de Tcheliabinsk a lancé un appel à l'aide à tous les ouvriers capables de réparer des fenêtres.

Des fragments sont tombés dans un réservoir près de la ville de Tcherbakoul, selon l'agence de presse ITAR-Tass. Un cratère d'un diamètre de six mètres a aussi été trouvé dans le même secteur.

Certains résidants de la région n'ont pas tardé à mettre en vente, sur Internet, ce qu'ils affirment être des fragments de la météorite. D'autres se sont tournés vers l'humour, affirmant que la météorite devait tomber le 21 décembre — le jour de la fin du monde présumée, selon le calendrier maya – mais qu'elle avait été retardée par le système postal russe, dont l'inefficacité est légendaire.

Cet événement inhabituel est survenu le jour même où un astéroïde d'environ 50 mètres de diamètre a «frôlé» la Terre de 28 000 km vendredi après-midi. Selon les scientifiques, il n'y a aucun lien entre les deux événements.

***




13 commentaires
  • France Marcotte - Abonnée 15 février 2013 09 h 24

    Cette chute avait-elle été prévue?

    Et annoncée?

    Si non, elle a surpris même les astronomes?

    • François Laflamme - Abonné 15 février 2013 10 h 47

      C'est pratiquement impossible de détecter des météorites de cette taille. S'il avait bien une masse de 10 tonnes, ça lui donnerait un diamètre d'environ 2m. De plus, une vitesse de 54 000 km/h (si elle était constante) ferait en sorte qu'il la météorite était à 1 300 000 km de la Terre il y a 24h. C'est trois fois plus loin que la lune... En comparaison ça serait l'équivalent d'apercevoir (depuis Montréal) un petit pois vert dans l'assiette de quelqu'un... à Winnipeg!

      Et il était à cette distance hier, avant cela il était plus loin (donc encore plus difficile à détecter).

    • France Marcotte - Abonnée 15 février 2013 11 h 34

      Bien entendu, monsieur Laflamme.

      Mais il n'y a rien de mal à l'admettre.

    • Raymond Labelle - Abonné 15 février 2013 13 h 07

      Merci M. Laflamme de cette réponse fort précise et bien illustrée!

    • Simon Chamberland - Inscrit 15 février 2013 14 h 30

      Mme Marcotte, les scientifiques n'ont pas de mal à admettre que les capacités sont, pour l'instant, limités.

      Au contraire, c'est une motivation.

    • Georges Washington - Inscrit 15 février 2013 14 h 40

      Il y a chaque jour environ 100 tonnes de météorites qui entrent dans l'atmosphère terrestre et de ces 100 tonnes, six tonnes de débris se rendent jusqu'au sol, la plupart du temps dans l'océan.

      Cela correspond à des millions d'objets, il est absolument impossible de suivre une telle quantité d'objets.

      A ce jour, nous croyons connaître l'orbite de tous les astéroïdes susceptible de provoquer une fin du monde. Nous croyons que 50% des astéroïdes de plus de 300 mètres de diamètre capables de détruire une grande ville sont connus et à peu près aucun de ceux de 100 mètres de diamètre ne sont répertoriés malgré le fait qu'ils ont une puissance équivalent à une bombe thermonucléaire. Donc, un objet de 2 mètres de diamètre, c'est à peu près impossible à suivre. Même avec les meilleurs instruments, ces objets réfléchissent peu la lumière et sont trop nombreux pour faire l'objet d'un suivi systématique.

      Je pense bien ne pas me tromper en disant que nous ne disposons même pas de la capacité informatique qui serait requise pour le faire sur la terre entière.

    • Edouard Mercure - Inscrit 15 février 2013 14 h 47

      N'y a-t-il pas tout de même moyen de la détecter lorsqu'elle s'approche?

    • François St-Pierre - Abonné 15 février 2013 20 h 15

      La détecter? Mais à quoi bon?

      Reprenons les chiffres de M. Laflamme. Une heure avant l'impact, la météorite est à 54 000 kilomètres de la Terre. Supposons qu'on calcule que la météorite fonce directement sur la Place Ville-Marie, mais qu'on se donne une marge d’erreur. Disons que sa trajectoire peut varier d'un degré. La zone menacée est alors d'un diamètre de 942 kilomètres. Faudrait donc en une heure évacuer Montréal et tout ce qui est à une distance de 471 kilomètres de la PVM. Je prévois que le pont Champlain sera congestionné.

  • Pierre Schneider - Abonné 15 février 2013 10 h 29

    Un montage ?

    Bizarre que la vidéo soit datée du 31.12.2012 !

    • Konstantin Ryabitsev - Inscrit 15 février 2013 11 h 07

      C'est juste une mauvaise date configurée sur la camera, probablement. Il y a beaucoup de videos identiques de l'evenement, alors j'ai doute que c'est un montage.

  • François Beaulé - Abonné 15 février 2013 16 h 07

    Professeur Savard ou Laflamme, dites-moi

    Qu'est-ce qu'une onde de choc? Est-ce un infra-son? À quelle vitesse l'onde de choc causée par l'explosion de la météorite se déplace-t-elle?

    Si une météorite de 50m de diamètre avait suivi le même chemin que cette petite météorite, quels auraient été les effets de l'onde de choc?

  • Bouchez Jérémy - Inscrit 15 février 2013 19 h 37

    Également, voyez cette vidéo très impressionnante en début d'article sur le blogue Sciencesenviro. http://sciencesenviro.com/2013/02/15/une-pluie-de-

    On peut y entendre la détonation très forte créée par la désintégration du bolide. Un détail important: ne mettez pas trop le son à fond si vous voulez ménager vos voisins...

  • Normand Parisien - Inscrit 15 février 2013 20 h 35

    Très malchanceux en plein hiver.

    Ils ont été vraiment malchanceux et toutes ces vitres cassées rendent impossible de chauffer les bâtiments. C'est la 2e fois que ces explosions catastrophiques se produisent dans ce pays, en l'espace d'environ 100 ans. J'avais été témoin du passage d'une météorite au-dessus de ma ville voilà quelques années. C'est une expérience de vie dont je me souviendrai longtemps.

    Dans Lanaudière, les trottoirs et les façades des maisons étaient devenus subitement de couleur orange. Ce qui ressemblait à un coucher de soleil très aveuglant se déplaçait très rapidement dans le ciel tout en laissant une traînée de vapeur blanche. C'est disparu au loin et par la suite j'avais entendu un petit boum et le trottoir s'était mis à sauter (onde de choc). Des fragments ont été retrouvés au sol et vendus à des collectionneurs. Ces phénomènes naturels sont presque imprévisibles.