Turquie: une bombe cachée dans une voiture fait au moins huit morts

Istanbul — Une bombe cachée dans un véhicule a explosé lundi soir près d'un poste de police du sud-est de la Turquie, faisant au moins huit morts et des dizaines de blessés, selon des médias turcs.

Aucun groupe n'a revendiqué l'explosion survenue à Gaziantep, près de la frontière syrienne, où se sont réfugiés des dizaines de milliers de Syriens fuyant la guerre dans leur pays.

Les militants séparatistes kurdes sont actifs dans le sud-est de la Turquie, et les affrontements entre les forces de sécurité turques et les rebelles se sont intensifiés au cours des dernières semaines. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe rebelle kurde, vise souvent des patrouilles militaires avec des bombes cachées en bordure de route et des embuscades. Le PKK a aussi commis des attaques dans des zones civiles.

Des images diffusées à la télévision montraient des pompiers tentant de maîtriser un violent incendie impliquant plusieurs véhicules. Les secouristes ont transporté une personne blessée sur une civière, tandis que des passants se sont rassemblés près du lieu de l'explosion pour inspecter les dégâts. Certains hommes en colère scandaient des slogans contre les rebelles kurdes et leur leader emprisonné, Abdullah Vcalan.
 
La voiture piégée était garée à un arrêt d'autobus. Des médias ont précisé que les explosifs avaient été déclenchés à distance. Selon la chaîne de télévision NTV, l'explosion a tué huit personnes et fait 50 blessés. L'agence de presse turque Anadolu a fait était du même nombre de morts, mais a rapporté 61 blessés. La chaîne CNN-Turquie, citant les autorités locales, avait précédemment fait état de sept morts.
 
L'explosion survient à un moment délicat pour le gouvernement du premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Des dizaines de milliers de Syriens ont trouvé refuge en Turquie pour fuir la guerre civile dans leur pays, et le premier ministre turc, avec ses alliés occidentaux et arabes, réclame le départ du président syrien Bachar al-Assad.