Le printemps arabe et «le manifestant» primés

Le prix Sakharov du Parlement européen a été remis hier à Strasbourg à cinq représentants des révolutions arabes qui ont éclaté début 2011. Seuls deux d'entre eux avaient pu faire le voyage dans la capitale européenne pour recevoir ce prix dédié à la liberté de l'esprit et aux droits de la personne.

Asmaa Mahfouz, jeune militante égyptienne, a espéré que l'émergence de ce mouvement démocratique marque le début d'une «nouvelle ère dans les relations entre l'Europe et le monde arabe».

Ahmed al-Sanusi, un ancien opposant libyen, s'est montré tout aussi consensuel. «Ce prix représente une motivation supplémentaire pour la consolidation des valeurs que nous avons toujours défendues, à savoir la création d'un État démocratique constitutionnel basé sur l'égalité entre tous», a-t-il affirmé lors de la remise du prestigieux prix.

Personne de l'année

L'hebdomadaire américain Time a pour sa part désigné hier «le manifestant» comme sa personne de l'année 2011.

«Du printemps arabe à Athènes, d'Occupy Wall Street à Moscou», écrit en couverture l'hebdomadaire, qui montre l'image d'une personne jeune, à la bouche et au nez recouverts d'un foulard, les cheveux cachés par un bonnet.

«Partout les gens ont dit qu'ils en avaient assez. Ils ont contesté, ils ont exigé. Ils n'ont pas désespéré, même quand les réponses sont arrivées sous forme de gaz lacrymogènes ou de balles», a observé Rick Stengel, directeur de la rédaction de l'hebdomadaire.


Avec Reuters

À voir en vidéo