Flottille pour Gaza: les Canadiens pourraient récidiver à l'automne

Les militants canadiens qui tentaient depuis plusieurs jours de livrer de l'aide humanitaire à Gaza, à partir de la Grèce, rentrent au pays, étant incapables de concrétiser leur initiative au sein de la Flottille internationale de la liberté.

La Grèce a interdit le départ des bateaux devant se rendre dans la zone palestinienne sous blocus israélien, invoquant des raisons de sécurité.

Mais selon Stéphan Corriveau, du comité de direction du navire canadien "Le Tahrir", les militants n'abandonnent pas et pourraient effectuer une autre tentative à l'automne, en septembre ou en octobre.

Il soutient que les navires de la Flottille pourraient alors se regrouper dans un autre pays, comme le Maroc ou la Tunisie, ou encore se disperser dans plusieurs pays.

M. Corriveau s'attend à ce que les autorités grecques laissent partir les bateaux qui sont amarrés dans leurs ports dans les prochaines semaines lorsque la plupart des activistes auront quitté le pays.

Les organisateurs ont imputé la ligne dure grecque à la pression israélienne. Le pays est aux prises avec une crise économique et s'est rapproché d'Israël alors qu'il est à la recherche d'investissements étrangers.

Le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird avait qualifié la mission de la Flottille de la liberté de "provocante" et de "nuisible".