Le duc et la duchesse de Cambridge entament une visite de neuf jours au Canada

Ottawa — Le prince William et son épouse Kate ont rapidement rompu avec le protocole, aujourd'hui, au premier jour de leur visite officielle au Canada, en se mêlant à la foule venue les voir au Monument commémoratif de guerre, à Ottawa.

À Rideau Hall, résidence du représentant de la reine au Canada, le prince a pris la parole après les discours du premier ministre, Stephen Harper, et du maître de céans, le gouverneur général David Johnston.

Le prince William s'est d'abord adressé à la foule en français, remerciant MM. Harper et Johnston pour leur accueil chaleureux. Il est ensuite passé à l'anglais, soulignant que lui et son épouse étaient ravis de pouvoir séjourner au Canada, et a louangé la géographie du Canada, de même que l'hospitalité de la population.

«Nous débutons aujourd'hui notre première tournée ensemble. Nous ne pouvions être mieux accompagnés que par la grande famille canadienne», a affirmé en français le prince, avant de lancer sur un ton badin et dans sa langue maternelle que son français s'améliorera au cours du séjour.

«Nous attendons avec impatience cette aventure, merci à tous», a-t-il conclu dans la langue de Molière.

Plus tôt en après-midi jeudi, le couple avait profité à son arrivée d'un soleil radieux, d'une douce brise et d'un temps agréable. William et Kate ont été accueillis par un groupe de dignitaires pour entamer leur tournée de neuf jours au pays, sous l'oeil attentif de reporters internationaux. L'appareil des Forces armées canadiennes qui les amenait de Londres a atterri à Ottawa à 14 h, comme l'horaire le prévoyait.

Le prince était vêtu d'un complet bleu marin, tandis que Kate portait une robe noire à motifs, sa cascade de cheveux bruns remontés derrière les oreilles.

Un garçon de neuf ans, Kellan Schleyer, a remis une gerbe de fleurs à la duchesse de Cambridge.

Le député libéral David McGuinty a échangé quelques mots avec le couple royal à l'aéroport, remerciant William d'avoir attiré le beau temps. S'adressant à Kate, il lui a présenté ses remerciements pour avoir choisi le Canada comme lieu de leur première visite officielle à l'étranger depuis leur mariage, en avril. La duchesse a répondu qu'elle était «honorée et privilégiée».

Le couple s'est par la suite rendu au Monument commémoratif de la guerre, près du Parlement, pour y déposer une couronne, signer le livre d'or et prendre un bain de foule, entourés par des milliers de badauds rassemblés derrière les barricades.

Les rues entourant le monument étaient bondées, de la colline parlementaire jusqu'à la rue Elgin et le Centre national des arts.

Le premier ministre Harper et son épouse, Laureen, sont arrivés tôt pour saluer la foule, avant de se joindre au couple royal pour remonter le tapis rouge jusqu'au monument et à la Tombe du soldat inconnu. M. Harper a félicité le duc et la duchesse de Cambridge pour leur récent mariage, s'excusant de n'avoir pu y assister en raison des élections fédérales qui étaient alors en cours au Canada.

Un clairon a interprété la sonnerie aux morts («The Last Post»), alors que tous observaient un moment de silence. L'hommage a été suivi par des airs de cornemuse.

Le duc et la duchesse de Cambridge célébreront vendredi la Fête du Canada sur la colline du Parlement. Le couple passera ensuite par Montréal samedi, le temps de visiter le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine et l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec.

Arrivés à Québec par bateau dimanche, William et Kate assisteront notamment à une cérémonie du droit de cité à l'hôtel de ville.

Ils s'arrêteront par la suite à Charlottetown, Summerside, Yellowknife et Calgary.

À voir en vidéo

16 commentaires
  • ysengrimus - Inscrit 30 juin 2011 15 h 13

    L’ultime réparation de la gaffe du roi

    Charles et Diana s’étaient fréquentés pendant six mois. Tout les concernant était toc, «arrangé» et friable. William et Kate se sont fréquentés pendant huit ans. Tout les concernant se veut vrai, authentique et solide. Or, au niveau du fantasme profond, le roi d’Angleterre est le roi d’Angleterre et il est UN. Aussi, le «roi d’Angleterre» est en train de tout simplement réparer l’ultime gaffe du roi. «Il» œuvre à remettre en place la dignité détruite et émiettée suite à la catastrophe indicible Charles/Diana. Le jeune roi mûr d’aujourd’hui colle les pots cassés du vieux roi juvénile de jadis. Une fois cette ultime expiation consommée, Charles Windsor pourra enfin s’asseoir sur le trône que lui ouvre en grande la mise en ordre rassérénée de sa succession symbolique… L’ordre du père rétabli par le fils.

    Don Corleone aussi fut sauvé par son fils…
    Paul Laurendeeu

  • Bouletrouge - Inscrit 30 juin 2011 15 h 18

    mauvaise destination

    Mais que font Ken et Barbie ici? Ne devraient-ils pas plutôt être à Disneyland?

  • François Dugal - Inscrit 30 juin 2011 15 h 21

    Welcome

    Welcome to the colonies.

  • NL - Inscrit 30 juin 2011 16 h 41

    « Guedounage » et idolâtrie

    Très certainement, ce couple représente une nouvelle génération...en fait, la nouvelle génération de cette perpétuelle domination anglaise et de ce mépris indéfectible envers la nation québécoise.

    Allez donc voir s'ils ont un droit de cité en plein coeur historique de la Nouvelle-France... leur présence est symbole d'une colonisation toujours aussi incessante et rétrograde.

  • NL - Inscrit 30 juin 2011 17 h 01

    Deux sentiments

    De l'indifférence à l'égard du couple royal, mais surtout du dégoût envers ces Québécois qui perdent leur dignité en le glorifiant et qui manifestent leur fierté d'être colonisés en louageant le fils du conquérant.