Manifestations en Cisjordanie et à Gaza - Des Palestiniens réclament la fin des divisions

Des dizaines de milliers de Palestiniens ont manifesté hier pour la «fin des divisions» entre l'Autorité palestinienne et le Hamas, forçant les chefs des deux camps à exprimer leur soutien à la mobilisation.

Des dizaines de milliers de Palestiniens ont manifesté hier à Gaza pour la réconciliation entre les mouvements rivaux Hamas et Fatah. En Cisjordanie, 4000 personnes ont défilé à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, 2000 à Naplouse et à Hébron.

En fin de manifestation, des heurts ont opposé à Gaza quelque 2000 manifestants à un demi-millier de miliciens du Hamas, qui tentaient de les disperser à coups de bâton. Des témoins ont fait état d'une douzaine de blessés. Des échauffourées ont également opposé des partisans du Fatah et du Hamas en un autre lieu de Gaza. Les militants des deux mouvements ont ensuite manifesté séparément.

Dans le centre de Ramallah (Cisjordanie), quatre animateurs du rassemblement ont été interpellés et quatre autres blessés, dont deux femmes, hier soir par les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne.

Ismaïl Haniyeh, chef du gouvernement du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza après en avoir chassé par les armes en juin 2007 le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, a affirmé soutenir l'aspiration de la foule à l'unité. «J'invite le président Abou Mazen [Mahmoud Abbas] et le mouvement Fatah à une rencontre immédiate, ici, dans la bande de Gaza, ou en tout autre lieu, afin d'engager un dialogue global. Cela pourrait ouvrir la voie à la réconciliation», a-t-il dit lors d'une intervention télévisée.

Cette invitation a été rejetée par le Fatah. À Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, Abbas a réitéré son invitation au Hamas à accepter le déroulement d'élections législatives et présidentielle simultanément à Gaza et en Cisjordanie, ce que le mouvement islamiste refuse. «Des élections sont la seule façon de mettre fin à cette division fâcheuse et inacceptable» entre les deux territoires palestiniens, a déclaré le président palestinien.

«Mettre fin à cette séparation est une priorité nationale qui doit se concrétiser», a pour sa part déclaré son premier ministre, Salam Fayyad, pour lequel il s'agit d'«un élément intégral» de «la préparation nationale à l'émergence et à la naissance de l'État de Palestine». «J'espère que cet appel sera entendu. Nous devons être capables de mettre un terme à ce triste chapitre», a-t-il ajouté.

Si elles ont eu pour origine des groupes de jeunes utilisant Facebook, les manifestations ont reçu ultérieurement le soutien des diverses factions palestiniennes, soucieuses de ne pas se laisser déborder. De nombreux manifestants ont déclaré qu'ils entendaient manifester dans les rues jusqu'à ce que le Fatah et le Hamas annoncent des mesures pratiques pour rétablir l'unité palestinienne.

***

Avec Reuters