START: deuxième échec républicain

Washington — Une deuxième tentative des sénateurs républicains d'amender le nouveau traité START de désarmement nucléaire avec la Russie a échoué hier et des responsables démocrates ont dit avoir bon espoir de réunir suffisamment de voix pour ratifier l'accord.

Des sénateurs démocrates inquiets de la disparité entre la Russie et les États-Unis dans le domaine des armes nucléaires tactiques et à courte portée ont déposé un amendement qui aurait mentionné la question dans le préambule de l'accord, mais il a été rejeté par 60-32.

L'adoption de l'amendement aurait de fait anéanti le traité en rendant nécessaire une nouvelle négociation avec Moscou.

Le sénateur démocrate Bob Casey a assuré que les membres des deux partis étaient préoccupés par les armes nucléaires tactiques russes, mais que le nouveau traité START ne les mentionnait pas pour la bonne raison qu'il s'agit d'un accord portant sur les armes atomiques stratégiques — à longue portée.

La Russie disposerait d'environ 2000 armes nucléaires tactiques déployées, contre 500 pour les États-Unis, selon la Fédération des scientifiques américains. Les élus américains redoutent que ces armes ne soient pas suffisamment protégées et risquent de tomber aux mains de groupes extrémistes. Ils craignent aussi que les Russes soient plus prompts à les utiliser.

Il a déclaré le sénateur républicain Jon Kyl. «Pour les Russes, les armes nucléaires tactiques sont des armes de champ de bataille au même titre que l'artillerie». Selon lui, les négociateurs américains auraient dû profiter de l'intérêt des Russes à la conclusion d'un nouveau traité sur les armes stratégiques pour les inciter à engager des discussions sur les armes nucléaires à courte portée.

Le sénateur démocrate John Kerry, qui dirigeait les débats en sa qualité de président de la Commission des relations extérieures, a souligné qu'en l'absence d'un accord sur la réduction des armes stratégiques, les Russes n'accepteraient pas de discuter des armes tactiques.