Interpol craint de nouveaux attentats

Lyon — L'organisation policière internationale Interpol a annoncé hier avoir reçu des informations de son bureau de Bagdad sur de «possibles menaces, particulièrement aux États-Unis et en Europe, en raison d'ordres donnés à des cellules d'al-Qaïda par des commandants» du groupe extrémiste «Nous avons informé nos pays membres», au nombre de 188, a ajouté une porte-parole de l'organisation, dont le siège est à Lyon, dans le centre de la France, renvoyant vers le bureau d'Interpol à Bagdad pour toute précision sur l'origine de ces informations.

Interpol n'a pas fait de lien entre ces menaces et le récent attentat de Stockholm, alors que le journal suédois Aftonbladet reprenait hier des déclarations du ministre de l'Intérieur irakien, Jawad al-Bolani, replaçant cette attaque dans le cadre d'un dispositif plus vaste.

Le président américain, Barack Obama, a reconnu hier que vaincre al-Qaïda prendrait encore du temps.