Le fondateur de Facebook choisi personnalité 2010 du magazine Time

New York — Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a été désigné personnalité de l'année 2010 du prestigieux magazine américain Time, qui procède à une telle nomination depuis près de 85 ans.

À 26 ans, le créateur du célèbre réseau social sur Internet est la plus jeune personnalité de l'année choisie par Time depuis la toute première, le pionnier de l'aviation Charles Lindbergh, désigné par le journal en 1927, à l'âge de 25 ans, selon le magazine.

M. Zuckerberg, qui est toujours le président et chef de l'exploitation de Facebook, succède ainsi à Ben Bernanke. Le directeur de la Réserve fédérale américaine a été choisi personnalité de l'année 2009, un an après Barack Obama qui venait de remporter l'élection présidentielle aux États-Unis, en novembre 2008.

En 2007, l'honneur avait été décerné à Vladimir Poutine.

Mark Zuckerberg est devenu l'un des plus jeunes milliardaires du monde et fait son entrée dans le monde de la philanthropie en promettant cette année 100 millions $US sur cinq ans pour le système éducatif de Newark, dans le New Jersey. Il s'est joint aux magnats des médias Carl Icahn, 74 ans, Barry Diller, 68 ans, et d'autres dans l'initiative Giving Pledge, lancée par le fondateur de Microsoft Bill Gates et l'investisseur Warren Buffett pour inciter les plus riches Américains à donner la majeure partie de leur fortune à des associations caritatives.

Mark Zuckerberg possède environ un quart des actions de Facebook. Le réseau créé dans un dortoir de Harvard quand il était étudiant a conquis en six ans seulement plus de 500 millions d'utilisateurs dans le monde entier et acquis une valeur de plusieurs milliards de dollars.

Time souligne la contribution exceptionnelle de Mark Zuckerberg à l'organisation de réseaux sociaux reliant des milliards de personnes et au développement de l'information. Il a fondé Facebook en 2004, alors qu'il n'était âgé que de 19 ans.

Parmi les précédentes personnalités du magazine Time figurent l'artiste Bono, l'ex-président des États-Unis George W. Bush, le fondateur d'Amazon.com, Jeff Bezos, la reine Élisabeth II, Joseph Staline, Charles de Gaulle, Martin Luther King et Bill Gates.

L'histoire de la création de Facebook et son fondateur sont au coeur du film de David Fincher The Social Network, avec Jesse Eisenberg dans le rôle de Zuckerberg. Sorti cette année, le film a déjà récolté six nominations pour les Golden Globes, qui donnent souvent un avant-goût du palmarès des Oscar.
2 commentaires
  • Jean-Serge Baribeau - Abonné 16 décembre 2010 11 h 45

    Facebook et l'iimbuvable esbroufe des «maîtres» des nouveaux médias

    Que le titre soit décerné à Marc Zuckerberg, «fondateur» d'un prétendu nouveau continent médiatique, cela ne m'étonne guère.

    Et pourquoi pas dans ce monde de plus en plus absurde, monde au sein duquel on tente de nous faire croire que nous nous dirigeons vers une RÉVOLUTION MAJEURE, une révolution des manières de communiquer et d'assumer «autrement l'essentiel «VIVRE ENSEMBLE».

    Ma sénilité probable m'interdit d'approuver de tels choix. Je ne crois pas qu'un «nouveau monde» cybernétique et électronique (une «nouvelle Amérique» fabuleuse) soit en train de naître. Je prends volontiers acte de certaines mutations essentielles mais, peut-être suis-je dépassé, je ne vois poindre aucun humanisme nouveau et subversif et je ne vois pas apparaître la promesse d'un monde un tantinet meilleur.

    Le choix de Zuckerberg confirme l'actuelle adoration, presquement religieuse, des nouveaux maîtres du monde, lesquels, pour la plupart, retenez votre souffle, sont des milliardaires.

    Moi, vieil humaniste décati et obsolète, j'aurais choisi, pour une deuxième fois, Martin Luther King, lequel, me semble-t-il, vaut plus et mieux que tous les Bono ou tous les Zuckerberg du monde.

    Mais enfin taisons-nous, tous tant que nous sommes, et laissons-nous gouverner et guider vers la nouvelle Amérique, vers l'Eden sociologique, vers l'Eldorado informatique, par ces milliardaires cybernétiques qui sont en compétition avec Staline et George W. Bush.

    PLACE À LA NOUVELLE AMÉRIQUE, AU NOUVEAU MONDE!

    JSB, sociologue (décati) des médias

  • art5 - Inscrit 17 décembre 2010 06 h 21

    zuckerberg

    Chaire JBS,

    Le journal Times a fait un bon choix, le meilleure.

    Le mec y e billionere, y e jeune, genre people (j ai appries ca sur la chene Francaise de TV5 ca aide mon anglais) en plusse y e super genreux.

    Moi, fasebook a fait que maitenant j ai 3, 292, 322 amis intimes dans le monde entiers. On s ecris sur encaure une fois les peoples comme Lady Gaga et les autres cmme ce type la, on parle de la musique, du cinema des trucs le fun. On aprend plin de chauses importanttes. Ca aide a rencontrer des cybernuts dans le monde entie et ca ameliore notre pratic de notre langue surtout a l ecris. Quan on est on line (ca aussi je lai apprit sur TV5) y fo faire atention commant on ecris les maux si nom y nous communiques pas.

    Je doigt quitai j ai plin de courrielles a ecrirre.

    Braveau pour sette nommination.