En bref - Hariri répond au Hezbollah

Beyrouth — Le premier ministre libanais, Saad Hariri, a affirmé hier que «le Liban ne tomberait pas dans la discorde», au lendemain d'un appel du Hezbollah à boycotter le tribunal de l'ONU chargé d'enquêter sur l'assassinat de son père Rafic. «Le Liban ne tombera pas dans la discorde, le non-dialogue et l'opinion unique», a affirmé Saad Hariri à l'Université américaine de Beyrouth, selon un communiqué de son bureau.

Hassan Nasrallah, chef du puissant parti chiite soutenu par l'Iran et la Syrie, a exhorté jeudi soir les Libanais à boycotter le Tribunal spécial sur le Liban (TSL), affirmant que toute coopération avec les enquêteurs serait une «agression» contre le mouvement chiite. Le Hezbollah accuse le TSL d'être «politisé» et d'avoir basé son enquête sur de faux témoignages, et s'attend à ce que le tribunal accuse des membres du parti d'implication dans le meurtre.
1 commentaire
  • nostalgie_1 - Inscrit 31 octobre 2010 09 h 57

    Discorde entre les libanais

    Pour le moitié du peuple libanais...ce tribunal spécial est politisé parce que le premier accusé "Israël" - à l'avis de ce moitié - ne soumet pas à l’enquête et que ce tribunal spécial ne cherche que le discorde civile au Liban.