En bref - Nestor Kirchner est mort

Buenos Aires — L'ancien président argentin Nestor Kirchner (2003-2007), mari de l'actuelle chef de l'État, Cristina Kirchner, est mort subitement d'une crise cardiaque dans son fief d'El Calafate, a confirmé hier son médecin personnel, qui a confirmé que l'homme fort de l'Argentine du début du XXIe siècle avait été victime d'une crise cardiaque et qu'il n'avait pas été possible de le réanimer.

«Nous avons perdu un patriote», a déclaré pour sa part le député du parti au pouvoir et proche de M. Kirchner, Juan Carlos Dante Gullo. «J'espère que nous saurons comprendre ce que représente et ce qu'a représenté Nestor Kirchner», a-t-il poursuivi. Député, président du parti péroniste au pouvoir et secrétaire général de l'Union des nations d'Amérique du Sud (UNASUR), Nestor Kirchner avait subi en septembre une intervention pour déboucher une artère.
3 commentaires
  • oscar Fortin - Inscrit 28 octobre 2010 12 h 52

    L'Amérique latine pleure un de ses grands chefs d'État

    L'indifférence de nos médias devant le décès subit de Nestor Kirchner, celui-là même qui a sorti l'Argentine du marasme économique et social dans lequel l'avaient laissées le FMI et nombre de ses dirigeants corrompus. En 2003 il a pris la Présidence du pays écrasé par une dette de plus de 114 milliards de dollars et une population à 60% vivant dans la pauvreté. Il s'est battu contre les empires financiers et a donné tout son appui aux droits humains, faisant de la justice sociale un axe important de son administration. Il a annulé la loi d'amnistie concédée à ces militaires qui avaient arrêté par milliers hommes et femmes, emprisonnant, torturant et tuant sans d'autres lois que celles de leurs bons désirs. Nestor Kirchner a eu le courage de ramener devant les tribunaux ces criminels, rendant ainsi justice à toutes ces victimes.

    au moment de sa mort il était Secrétaire général de l'Union des pays de l'Amérique du Sud. Il y déployait une activité sans relâche au service de la paix régionale, de l'intégration de tous ces pays dans un ensemble permettant de développer le mieux être de l'ensemble de la populaton du Continent.

    J'ai mal à mon "Devoir" qui a traité cette mort comme un fait divers au même titre que les "menaces de Ben Laden à la France". Il me semble que la communauté Latino américaine est suffisamment présente au Québec et que nombreux sont les Québécois et Québécoises qui s'intéressent à cette région du monde pour que Le Devoir mettre en relief l'homme et le chef d'État qu'il fut. Il faut voir les Argentins et l'ensemble de l'Amérique latine pleurer cet homme pour réaliser qu'il n'était pas n'importe qui.

  • lephilosophe - Inscrit 28 octobre 2010 13 h 03

    une perte énorme pour l'Argentine

    C'est une grande perte non seulement pour l'Argentine mais pour tous les peuples du sud, car ce monsieur Kirchner est le seul président en exercice à avoir tenu tête au Fonds Monétaire International. Il a refusé de payer la dette de l'Argentine précisément contractée sous les auspices du FMI dans le cadre d'un 'ajustement structurel' qui a plongé l'Argentine dans une très grave crise économique et financière au début des années 2000. En lieu et place, il s'est entendu avec le Brésil de Lula, qui est devenu créditeur du FMI.
    C'est une journée de deuil pour tous ceux qui ont a coeur la défense des classes moyennes et populaires contre la voracité des prédateurs de la finance internationale. Reposez-vous monsieur Kirchner, vous le méritez bien. Condoléances à tous les Argentins.

    Bernard Gadoua

  • Morin Claude - Inscrit 28 octobre 2010 22 h 25

    L'Argentine en deuil d'un leader

    Je partage l'appréciation d'Oscar Fortin. Nestor Kirchner fut l'homme dont l'Argentine avait besoin en 2003 pour faire face à l'une des pires crises de son histoire. On doit lui savoir gré d'avoir libéré la politique économique des diktats du FMI, d'avoir osé abroger les lois Punto Final y Obedencia Debida, d'avoir appuyé les militants des droits de l'homme pour que justice soit faite (en engageant les procès même s'ils trainent en longueur), d'avoir oeuvré à l'intégration régionale avec Lula, Chavez et les autres. Il fut l'homme de la restauration de l'économie et de l'honneur de l'Argentine.

    NK accéda à la présidence par accident, mais il fut à la hauteur de la tâche. Il fit ce que la majorité des Argentins attendait de lui et de son mandat. Voilà pourquoi il menait nettement dans les sondages pour les présidentielles de 2011.

    NK était un homme de pouvoir, une véritable bête politique. Lui et sa femme ont transformé l'Argentine. Ensemble ils ont fait plus que tout autre président argentin depuis Peron (entre 1945 et 1955). Comme Peron, Kirchner a ses partisans et ses détracteurs. Mais l'Argentine ne demeure pas insensible à cette perte.

    Je crois que Nestor Kirchner mérite les hommages qu'il reçoit des Argentins et des chefs d'État de l'Amérique latine.