Les socialistes français ramènent le «ni-ni» sur la question québécoise

Louise Beaudoin<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Louise Beaudoin

Paris — S'ils reprenaient le pouvoir, les socialistes français reviendraient à la position traditionnelle de la France à l'égard du Québec. C'est ce que dit un article du programme socialiste adopté samedi lors de la Convention nationale tenue à Paris qui portait sur la politique internationale. Les socialistes rompraient donc avec l'attitude adoptée depuis son élection par Nicolas Sarkozy, qui a toujours semblé privilégier l'unité canadienne tout en affirmant que les Québécois étaient «des frères».

Advenant l'élection d'un président socialiste en 2012, il y a donc fort à parier que la France reviendrait à la politique gaulliste traditionnelle de «non-ingérence et non-indifférence» formulée par l'ancien ministre Alain Peyrefitte. Cette politique affirmait aussi l'importance pour la France d'«accompagner le Québec» quels que soient ses choix concernant son avenir politique.

L'adoption de cet article est survenue à la suite de l'intervention de Louise Beaudoin, samedi, devant les congressistes. La porte-parole du Parti Québécois en matière de Relations internationales participait à une table ronde avec les anciennes ministres Élisabeth Guigou et Catherine Trautmann. Plusieurs vieux amis de Louise Beaudoin, comme l'ancien premier ministre Laurent Fabius, étaient dans la salle.

«On a perdu deux référendums, mais nous sommes bien déterminés à tout faire pour que le Québec devienne un pays», a déclaré l'ancienne ministre qui a été applaudie à quelques reprises. Évoquant les liens étroits qui unissent le Parti socialiste au Parti québécois, elle a rappelé le rôle joué par ces deux partis dans l'adoption d'un traité sur la diversité culturelle à l'UNESCO.

Lors de la conclusion des travaux, le secrétaire socialiste aux Affaires internationales, Jean-Christophe Cambadélis, a affirmé «l'appui du Parti socialiste au combat du Parti québécois tel que défini par Louise Beaudoin». Une petite phrase dont l'ancienne ministre se réjouit évidemment. «Ce n'était pas vendu d'avance», dit-elle. La résolution a été portée par le député socialiste Patrick Bloche de la Fédération de Paris et soutenue par plusieurs fédérations régionales comme celles du Poitou-Charentes et de la Gironde.

Les socialistes seraient donc les gaullistes d'aujourd'hui? Louise Beaudoin éclate de rire tout en précisant que la politique de Nicolas Sarkozy à l'égard du Québec est toujours demeurée «très personnelle» et n'a jamais vraiment été partagée.

Afin de préparer une éventuelle visite officielle de Pauline Marois à Paris, l'ancienne ministre a justement profité de ce voyage pour rencontrer des personnalités de gauche et de droite, comme l'ancien premier ministre Alain Juppé. On se souvient qu'en février 2009, Nicolas Sarkozy avait créé un incident diplomatique en laissant entendre que les souverainistes pratiquaient le «sectarisme» et la «détestation» de l'autre. Le Parti et le Bloc québécois avaient protesté publiquement. Afin de calmer le jeu, l'Élysée avait dû envoyer une lettre à Pauline Marois et Gilles Duceppe. Depuis, le froid ne s'est pas complètement dissipé.

«Mais le temps passe, dit Louise Beaudoin. Selon l'évolution des choses, il y aura éventuellement une visite officielle à Paris de la chef de l'opposition». De passage en coup de vent, le mois dernier, Pauline Marois avait rencontré le chef de l'aile parlementaire de la majorité, Jean-François Coppé, ainsi que la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry. Mais, au Parti québécois, personne n'ose encore s'aventurer à avancer une date.
38 commentaires
  • Gilles Bousquet - Inscrit 12 octobre 2010 02 h 50

    Sarkozy, fédéraliste canadien

    Bien oui, M. Nicolas Sarkozy privilégie l'unité canadienne. Il prend partie pour le fédéralisme canadien centralisateur et anglicisant. La position française des socialistes est plus respectueuse des choix éventuels des Québécois avec sa «non-ingérence et non-indifférence.

    Si nous étions moins polis nous pourrions dire à Sarko qui se mêle de nos affaires internes, un peu trop : «Casse-toi pauvre con»

  • Catherine Paquet - Abonnée 12 octobre 2010 04 h 05

    Comment calmer le Jeu?

    Ce qui selon notre chroniqueur a contribué à calmer le jeu, c'est la lettre que le président de la France a envoyée à Pauline Marois et à Gilles Duceppe, le 16 février 2009, dans laquelle il souligne: " Je souhaite que cette nouvelle relation franco-québécoise s’épanouisse en harmonie avec la relation que la France entretient avec le Canada dans son ensemble."

  • Catherine Paquet - Abonnée 12 octobre 2010 04 h 24

    Pourquoi la France ne pourra pas reprendre la politique Gaulliste

    Ce n'est pas une fentaisie passagère qui a fait écrire au président de la France, la phrase que je cite plus haut.
    C'est pure logique, découlant de la réalité politique dans la quelle la France et ses 26 partenaires sont imbriqués depuis de nombreuses années. En effet, y travaillant depuis les années `50, l'Union européenne a confirmé son unité et installé un régime fédéral, dans lequel les 27 pays membres ont volontairement cédé aux Institution communes la plus grande part de leur souveraineté. Les responsable politiques et les meilleurs experts constatent que la souveraineté a désormais fait place à la solidarité. Ce qui amènent les observateurs à constater que la France, comme ses partenaires, est désormais liée au respect de la politique étrangère que mène désormais le Service de relations extérieures de l'Union européenne. Et celui-ci ne prônera évidemment pas les tendances séparatistes, ayant en son sein des pays qui ne tiennent absolument pas à alimenter de genre de tensions chez-eux.

  • lephilosophe - Inscrit 12 octobre 2010 04 h 48

    Divorce du couple Sarkozy-Beaudoin?

    C'est une bonne nouvelle si cela conduit Louise Beaudoin à cesser de flagorner avec Sarkozy et tente de nous importer ici ses discours populistes et démagogiques sur «l'identité» et les menaces que «les minorités» font peser sur celle-ci. On verra la suite, car rien n'est moins sûr.

    Bernard Gadoua

  • Djemy Djemy - Inscrit 12 octobre 2010 05 h 50

    Sarkozy???

    Sarkozy n'est pas Francais d'origine en plus il n'est pas Quebecois et pire il ne tourne jamais sa langue avant de dire quoi que ce soit
    c'est un reveur la preuve sa femme fais des publicites diffusees en Anglais; pour la premiere dame de France c'est tres pathetique et tres rabaissant

    Quebecois faite votre independance et mettez les Sarkozy dans les oubliettes une fois que le Quebec deviendra un pays la France elle meme viendra frapper a votre porte vous rappelant que les Quebecois sont des Freres