Siège au Conseil de sécurité de l'ONU - Harper mousse la candidature canadienne

«Cette assemblée devrait savoir que le Canada est éligible au Conseil de sécurité. Si nous sommes élus, nous serons prêts à servir», a déclaré hier Stephen Harper à l’ONU.<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Don Emmert «Cette assemblée devrait savoir que le Canada est éligible au Conseil de sécurité. Si nous sommes élus, nous serons prêts à servir», a déclaré hier Stephen Harper à l’ONU.

Ottawa — Le premier ministre Stephen Harper a mis cartes sur table hier dans son discours aux Nations unies, déclarant qu'Ottawa désirait un siège au Conseil de sécurité de l'ONU afin de faire rayonner les «idéaux» canadiens. La dernière ligne droite diplomatique dans la course pour ce prestigieux siège s'avérera toutefois ardue, le Canada s'étant mis à dos l'Union européenne, au point où celle-ci pourrait désormais voter pour les concurrents allemand et portugais.

«Cette assemblée devrait savoir que le Canada est éligible au Conseil de sécurité. Si nous sommes élus, nous serons prêts à servir. Nous serons guidés par ces idéaux et le désir de les faire avancer et de voir au respect des résolutions du Conseil de sécurité», a déclaré M. Harper dans son second discours prononcé à New York en trois jours.

Les idéaux auxquels le premier ministre fait référence se sont manifestés, dit-il, par l'aide consentie à Haïti et au Pakistan, le financement accru annoncé mardi pour lutter contre la malaria, la tuberculose et le sida ou encore son initiative pour la santé maternelle pilotée à titre d'hôte du sommet du G8. «Nous avons fait ces choses pour une raison fort simple: pour soulager la souffrance et sauver des vies à travers le monde.»

Doutes en Europe

Le Canada sollicite un siège au Conseil de sécurité de l'ONU pour 2011-2012. Le Canada, l'Allemagne et le Portugal convoitent les deux sièges à pourvoir dans leur catégorie. Si plusieurs croient que le Canada n'aura aucune difficulté à coiffer le Portugal sur le poteau, aux prises avec de graves problèmes économiques, une récente décision canadienne pourrait modifier la donne.

La semaine dernière, l'Union européenne a tenté de faire adopter une motion qui aurait permis aux représentants du Conseil européen de prendre la parole à l'ONU, mais le Canada s'est abstenu. Selon les informations recueillies par Le Devoir, la diplomatie européenne «a des regrets quant au vote du Canada». Dans les corridors diplomatiques, on reconnaît que cette abstention aura un impact sur les États européens, qui pourraient être tentés de reporter leurs votes sur les candidatures européennes. Le réseau CBC rapporte que la France, notamment, aurait très mal réagi.

Pays arabes

Il faudra aussi voir comment votera le bloc des pays arabes, dont plusieurs ont été échaudés par la position canadienne dans le conflit au Moyen-Orient. M. Harper a d'ailleurs rencontré séparément hier le président palestinien, Mahmoud Abbas, et le président israélien, Shimon Pérès.

Il a félicité les deux hommes pour la reprise des pourparlers de paix. Au président Pérès, M. Harper a manifesté sa «déception» concernant le rapport «déséquilibré» du Conseil des droits de l'homme sur l'interception d'une flottille au large de Gaza par Israël. Le rapport conclut qu'une «série de violations du droit international [...] ont été commises par les Forces israéliennes».

Le vote secret des 192 États membres aura lieu le 12 octobre prochain. Autant Michael Ignatieff que Gilles Duceppe et Jack Layton ont exprimé des doutes quant au mérite de la candidature canadienne. «Je sais que c'est important pour le Canada d'obtenir ce siège, a dit M. Ignatieff. Mais les Canadiens doivent se demander si le Canada a mérité ce siège, et nous n'en sommes pas convaincus.»

M. Harper a profité de son discours d'hier pour inviter les nations à adopter «une vue éclairée de la souveraineté» et ainsi ne pas succomber au protectionnisme.
4 commentaires
  • d i a n e - Inscrite 24 septembre 2010 12 h 38

    Candidature canadienne à l'ONU...

    L'ONU n'a pas besoin de la candidature du Canada, un "pentin" qui ne se fait que "l'écho" des USA!

    Il est visible que nos "représentants" une fois élus, ne font que la politique imposée par les USA - dans presque tous les domaines!...

    Alors, l'ONU n'a pas besoin de types qui disent: "mon gouvernement"...
    tandis qu'en réalité c'est du "gouvernement" du pays voisin dont il parle...

  • Roland Berger - Inscrit 24 septembre 2010 14 h 03

    La grenouille et le boeuf

    La grenouille qui dirige le Canada avec un gouvernement minoritaire continue de tenter de devenir ou, à tout le moins, d'avoir l'air aussi grosse que le boeuf qui dirige les États-Unis. Le ridicule ne tue pas.
    Roland Berger

  • Le Voyageur - Inscrite 24 septembre 2010 17 h 32

    Changement d'époque

    Quel clown macabre! Pas étonnant qu'après un demi-siècle de réputation internationale, c'est la première fois que le Canada dépose sa candidature pour le Siège de Conseil de sécurité de l'ONU.

    Beurk! Si seulement quelqu'un pouvait plutôt demander à l'ONU de lancer un mandat d'arrêt contre notre PM, ça nous ferait tellement plaisir!

  • France Marcotte - Inscrite 24 septembre 2010 17 h 36

    Faire rayonner les «idéaux» canadiens

    Curieux comme les idéaux canadiens, ceux auxquels on pense spontanément et que M.Harper se targue ici de promouvoir, sont justement ce que ce gouvernement se fait reprocher de démolir à l'intérieur de nos murs. À moins qu'il ne s'agisse que de ce qui a été énoncé ici: l'aide consentie à Haïti et au Pakistan, le financement accru pour lutter contre la malaria, la tuberculose et le sida ou encore son initiative pour la santé maternelle pilotée à titre d'hôte du sommet du G8, des projets concoctés spécialement pour faire bonne figure, des versions disons, édulcorés, des grands idéaux canadiens traditionnels dont c'est vrai qu'il ne reste peut-être plus grand'chose à présent. Alors, c'est comme la lumière des étoiles: quand elle parvient à destination, sa source n'existe plus.