En bref - La Russie ne veut pas de conflit dans l'Arctique

Moscou — Le premier ministre russe, Vladimir Poutine, a appelé hier les pays riverains de l'Arctique à coopérer pour que cette région stratégique et riche en hydrocarbures reste une «zone de paix», écartant les scénarios de «bataille».

S'exprimant au premier jour du forum qui s'est ouvert mercredi, le président de l'Islande, Olafur Ragnar Grimsson, a aussi estimé que l'époque «de la guerre froide, lorsque l'Arctique était une région de tensions», était «révolue». Très convoitée par les cinq pays riverains (États-Unis, Russie, Canada, Norvège et Danemark), la région pourrait receler 13 % des réserves de pétrole et 30 % des réserves de gaz naturel non découvertes de la planète, selon les géologues de l'Institut de surveillance géologique des États-Unis (USGS). Chacun de ces cinq pays a des revendications empiétant sur le territoire d'un autre.