Rapprochement russo-ukrainien

Kiev —Le président russe, Dmitri Medvedev, a scellé hier à Kiev le rapprochement spectaculaire entre la Russie et l'Ukraine en signant une série d'accords bilatéraux avec son homologue Viktor Ianoukovitch, dont il a fait l'éloge lors de sa deuxième visite en moins d'un mois. Cinq accords de coopération ont été signés, dont le plus important concerne la délimitation de la frontière russo-ukrainienne. Les autres portent sur l'utilisation conjointe du système russe de navigation par satellite Glonass, et la collaboration dans les secteurs bancaire, culturel et éducatif.

La Russie a «enfin des partenaires à part entière en Ukraine, c'est-à-dire des dirigeants normaux qui prennent des décisions et les mettent en oeuvre», a déclaré M. Medvedev, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue ukrainien M. Ianoukovitch a succédé en février au pro-occidental Viktor Iouchtchenko, dont les rapports avec Moscou étaient très tendues. Dès son arrivée au pouvoir, le nouveau chef de l'Etat a lancé le rapprochement avec la Russie, ce qui n'est pas sans inquiéter l'opposition pro-occidentale.

Dans un geste à forte portée symbolique, M. Medvedev a commencé par rendre hommage aux millions d'Ukrainiens victimes de la grande famine des années 1932-33. Ce sujet était une pomme de discorde entre Kiev et Moscou, nombreux étant ceux en Ukraine qui considèrent cette page noire de l'histoire soviétique comme un génocide, un terme rejeté par la Russie et M. Ianoukovitch.