Violents heurts sur l'esplanade des Mosquées

Jérusalem — De nouveaux heurts ont opposé hier policiers israéliens et manifestants palestiniens sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, faisant des dizaines de blessés, au moment où les efforts diplomatiques américains s'accélèrent pour relancer le processus de paix.

Huit manifestants palestiniens ont été arrêtés, selon le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld. Quinze policiers ont été blessés dont neuf ont été hospitalisés.

Côté palestinien, une trentaine de manifestants ont été blessés, dont dix par des balles en caoutchouc, et une quinzaine incommodés par des gaz lacrymogènes, a-t-on appris auprès d'hôpitaux.

Les heurts ont éclaté sur l'esplanade des Mosquées à la suite d'une manifestation de Palestiniens ponctuée de jets de pierres, après la prière hebdomadaire. Poudrière politico-religieuse, l'esplanade des Mosquées, qui abrite le Dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa, est le troisième lieu saint de l'islam après La Mecque et Médine. Pour les juifs, il s'agit du mont du Temple, qui est considéré comme le site le plus sacré du judaïsme.

À Ramallah en Cisjordanie occupée, le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina, a condamné «l'escalade de la violence israélienne à Jérusalem et ailleurs en Cisjordanie qui vise à saboter les efforts américains».

Les États-Unis, qui n'ont pas réussi jusqu'à présent à relancer les négociations de paix directes entre Israël et les Palestiniens, suspendues depuis plus d'un an, s'efforcent désormais de lancer des pourparlers indirects.