En bref - Tibet: affaire classée

Madrid — Le juge espagnol Santiago Pedraz a classé sans suite son enquête sur la répression des émeutes de mars 2008 au Tibet, en vertu d'une récente limitation légale du principe de juridiction universelle en Espagne, a-t-on appris hier de source judiciaire.

En août 2008, ce magistrat s'était déclaré compétent pour instruire une plainte du Comité de soutien au Tibet (CAT) contre huit responsables chinois, dont le ministre de la Défense Liang Guanglie. Il a décidé hier de renoncer à son enquête en raison de la limitation du champ d'application du principe de juridiction universelle, votée en 2009 par les parlementaires espagnols, à la suite de pressions diplomatiques de plusieurs pays, dont la Chine, a-t-on précisé de même source. La compétence universelle de la justice espagnole pour les crimes de masse est désormais circonscrite aux enquêtes impliquant des victimes espagnoles, des auteurs présumés de ces crimes se trouvant en Espagne, ou encore ayant un lien important avec l'Espagne.