OTAN: cinq pays réclament un débat sur le désarmement

Oslo — Cinq pays de l'OTAN, l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, la Norvège et les Pays-Bas, ont formellement réclamé hier l'ouverture au sein de l'alliance d'un débat sur la dénucléarisation.

Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'OTAN, les chefs de la diplomatie de ces cinq pays demandent que «la politique nucléaire de l'OTAN dans un environnement où la sécurité évolue» figure parmi les sujets abordés lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'alliance à Tallinn, en avril. Dans cette lettre à M. Anders Fogh Rasmussen, rendue publique par le ministère des Affaires étrangères norvégien, les ministres écrivent que, «depuis plusieurs années, le contrôle des armes, le désarmement et la non-prolifération figurent plus haut dans l'ordre du jour international qu'ils ne l'ont jamais été».

Les ministres saluent ainsi «les initiatives du président Obama pour une réduction substantielle des armements stratégiques, pour une réduction du rôle des armes nucléaires, pour une recherche de la paix et de la sécurité dans un monde sans armes nucléaires».

Ils estiment «qu'au sein de l'OTAN également nous devons débattre de ce que nous pouvons faire pour nous rapprocher de cet objectif politique global» et que la réunion de Tallinn «est une

occasion que nous ne devons pas manquer».