Désarmement: Obama et Medvedev se montrent optimistes

Copenhague — Les présidents russe et américain Dmitri Medvedev et Barack Obama ont annoncé hier être proches d'un accord sur le désarmement nucléaire, quelques «détails techniques» devant encore être réglés, mais l'objectif d'un traité avant la fin de l'année ne sera lui pas atteint.

«Nous sommes assez proches d'un accord. Et je suis persuadés qu'il aboutira assez bientôt», a déclaré M. Obama à l'issue de sa rencontre avec le président russe à Copenhague, en marge du sommet sur le réchauffement climatique.

Il a relevé «l'excellent progrès» déjà réalisé, et remercié M. Medvedev, «un partenaire très efficace», alors que Moscou et Washington négocient depuis plus de six mois pour trouver un compromis sur l'accord de désarmement nucléaire devant succéder au traité START I de 1991 et qui a expiré le 5 décembre.

Le président russe s'est aussi voulu optimiste, expliquant que les questions restantes concernaient des «détails techniques». «Il reste des détails techniques qui, dans un document d'une telle importance, doivent être finalisés, a ainsi jugé Dmitri Medvedev, cité par les agences russes. J'espère que nous allons le faire assez vite.»

«Nos positions sont très proches et presque toutes les questions qui ont fait l'objet de discussions ces derniers mois ont été réglées», a ajouté le président russe, au sujet de ce traité qui doit consacrer la relance des relations russo-américaines, mises à mal sous la présidence de George W. Bush.

«J'espère que le résultat que nous allons atteindre va refléter les bonnes relations que nous avons avec l'administration américaine» de

M. Obama, a indiqué le locataire du Kremlin.

Il a ensuite répondu en anglais aux voeux de son homologue américain en lui souhaitant «un joyeux Noël et une bonne année».

Un peu plus tard, le conseiller diplomatique du président russe, Sergueï Prikhodko, a précisé aux agences russes que les négociateurs, qui se retrouvent depuis plus de six mois à Genève, allaient «faire une pause» durant les Fêtes de fin d'année. «Les travaux finaux vont bien sûr reprendre en janvier», a-t-il ajouté, sans plus de précisions sur le calendrier de ces pourparlers.

M. Prikhodko a aussi expliqué qu'aucune date n'a été fixée concernant la signature du traité «afin de ne pas mettre une pression inutile sur les délégations».

Un haut responsable américain a confirmé que les pourparlers allaient se poursuivre en janvier 2010, alors que Russes et Américains ont longtemps espéré pouvoir signer avant la fin de l'année un accord succédant au traité START.

D'autant que MM. Obama et Medvedev, lors d'un sommet en juillet à Moscou, s'étaient fixés un tel objectif. Ils avaient aussi déterminé certains points clés du futur traité: abaisser dans une fourchette de 1 500 à 1675 le nombre de têtes nucléaires (contre 2 200 actuellement) et dans une fourchette de 500 à 1100 le nombre de vecteurs.

Les déclarations rassurantes des présidents russe et américain vendredi interviennent après une hausse de ton de la Russie, qui a accusé jeudi les États-Unis de freiner ces négociations.

«Au cours des deux, trois derniers jours, nous avons constaté que la délégation américaine freinait les négociations à Genève», avait lancé le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

À voir en vidéo