L'OTAN réduit ses troupes au Kosovo, les yeux tournés vers l'Afghanistan

Bruxelles — Les ministres de la Défense de l'OTAN ont décidé hier de réduire leur présence militaire au Kosovo, au moment où les États-Unis les appellent à porter tout leur effort sur l'Afghanistan, opération prioritaire pour l'Alliance atlantique.

Dix ans après la guerre contre la Serbie, l'OTAN a donné hier son feu vert à une diminution progressive de sa force au Kosovo, la KFOR, actuellement de près de 14 000 hommes, parce que la situation s'y «est petit à petit améliorée», a annoncé le secrétaire général de l'Alliance .

Aux yeux des ministres réunis à Bruxelles, «les conditions politiques et de sécurité permettent un ajustement progressif de la configuration de la KFOR», a insisté Jaap de Hoop Scheffer.

Il a cependant souligné que «la KFOR restera au Kosovo pour garantir la sécurité et la stabilité».

Il n'y aura donc pour l'instant pas de retrait de l'OTAN de ce territoire dont l'indépendance unilatérale de la Serbie décrétée en février 2008 n'a été reconnue que par une soixantaine de pays et n'est toujours pas entérinée par l'ONU.

Ce dossier continue d'opposer l'OTAN à la Russie, alliée de la Serbie qui reste farouchement hostile à la sécession du Kosovo, où vit toujours une minorité serbe au milieu de la

majorité albanaise.

Selon un diplomate, la réduction échelonnée des troupes «se fera en trois étapes» — la KFOR se voyant réduite d'abord à 10.000, puis 5700 et enfin 2.200 hommes- et «pourrait prendre de un à deux ans». M. de Hoop Scheffer a confirmé que dans une première phase la Kfor serait réduite à 10 000 hommes aux alentours du 1er janvier 2010. Mais il n'a élaboré ni sur le calendrier ni sur les effectifs visés aux autres étapes. Il a souligné qu'«il n'y aurait aucune automaticité» et que les 28 pays de l'alliance devraient donner leur aval au lancement de chacune des trois étapes, si les conditions politiques le permettent.

La réduction des forces du Kosovo facilitera-t-elle l'envoi de troupes européennes en Afghanistan ? C'est ce qu'espèrent les Américains, qui entendent rétablir la situation face aux talibans, priorité de l'administration Obama. Pour faciliter une reprise en main, Washington, qui doit d'ici à fin 2009 porter à 68 000 hommes ses effectifs en Afghanistan, soit un doublement de sa présence, veut réorganiser en profondeur le commandement militaire à Kaboul.

À voir en vidéo