Le musée archéologique de Bagdad est mis à sac

Bagdad - Des pillages avaient cours hier après-midi dans le musée archéologique de Bagdad, qui renferme la plus importante collection d'oeuvres du riche patrimoine irakien. Une dizaine de pillards sévissaient sans être inquiétés dans certaines salles d'exposition du «Musée irakien», dont les bureaux administratifs ont été totalement mis à sac, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Des poteries et certaines statues ont été cassées et d'autres renversées alors que des caisses en bois vides étaient dispersées sur le sol.

Deux hommes sont sortis du musée en emportant une porte antique d'une des salles situées au rez-de-chaussée du musée, celle se trouvant à l'étage semblant avoir été épargnée.

Dans les bureaux administratifs, des documents, des dossiers et des brochures jonchaient le sol.

Certaines salles étaient en grande partie vides mais des vitres d'exposition intactes semblaient indiquer que les pièces qu'elles contenaient avaient été évacuées avant la guerre.

Des morceaux d'autres pièces arrachées par la force des murs étaient visibles sur le sol. D'autres, à l'instar de trois pierres tombales portant des inscriptions en calligraphie coufique, étaient toujours en place.

Des objets antiques de grande taille, difficiles à transporter, étaient toujours exposés. Des sacs de sable étaient déployés sur le sol pour les protéger en cas de chute.

Certains témoins présents sur les lieux ont affirmé que toutes les pièces qui se trouvaient dans les salles partiellement vides avaient été emportées par les pillards alors que, selon d'autres, une partie des oeuvres a été transférée du musée sous la supervision des forces américaines peu après leur entrée en ville mercredi.

«Les pillards n'ont pas atteint les principales salles, qui se trouvent pour la plupart à l'étage», a affirmé à l'AFP un des témoins, Houssam Zouheiri.

L'Irak actuel correspond à l'ancienne Mésopotamie, berceau des civilisations de Sumer, d'Akkad, de Babylone et d'Assyrie, auxquelles l'humanité doit l'écriture, le calcul et ses premières villes.

Dans ses musées et sur plus de 10 000 sites archéologiques, le pays renferme des quantités fabuleuses d'objets d'art, témoins des chapitres de l'histoire qui furent écrits entre le Tigre et l'Euphrate.

À voir en vidéo