En bref - Un dissident syrien en cour martiale

Damas — Un des dissidents syriens les plus connus, qui purge déjà une peine de prison pour des raisons politiques, est passé en procès hier devant une cour martiale, pour de nouvelles accusations découlant de déclarations présumées qui «sapent le moral de la nation».

Walid al Bounni, médecin de 46 ans, a été condamné en octobre dernier à une peine de deux ans et demi de réclusion pour avoir tenu une réunion d'opposition au parti Baas, au pouvoir en Syrie. Selon l'acte d'inculpation de son nouveau procès, il est accusé d'avoir fait «de fausses déclarations qui affaiblissent le moral de la nation». D'après ses accusateurs, il a déclaré à un codétenu que l'Iran exerçait une influence sur la Syrie et que la Syrie avait contribué à la crise politique au Liban.

À voir en vidéo