Cinq soldats américains tués dans un attentat en Irak, pertes les plus lourdes depuis un an

Mossoul — Cinq soldats américains ont péri hier dans un attentat suicide au camion piégé perpétré contre un important centre de la police irakienne à Mossoul, ce qui constitue l'attaque la plus meurtrière contre les forces de la coalition depuis plus d'un an.

Deux policiers irakiens ont également été tués, a précisé l'armée américaine. En outre, vingt policiers irakiens et deux soldats américains ont été blessés dans l'attentat.

Selon les premiers éléments, le kamikaze ne visait pas les soldats américains. «Le convoi de l'armée américaine [touché par l'attentat] ne faisait que passer au poste de police», a déclaré le commandant Derrick Cheng, un porte-parole de l'armée américaine.

L'officier américain a précisé que deux personnes soupçonnées d'être impliquées dans l'attentat avaient été interpellées.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière contre l'armée américaine depuis le 10 mars 2008, quand cinq soldats avaient péri dans un attentat suicide perpétré dans le quartier Mansour à Bagdad. En six ans, 4271 soldats américains ont péri en Irak.

De son côté, le ministère irakien de l'Intérieur a indiqué qu'outre les cinq soldats américains, deux policiers et un soldat irakiens avaient été tués dans l'attaque.

Le mode opératoire de ces attaques — un attentat suicide au moyen d'un camion bourré d'explosifs — rappelle celui de la branche irakienne d'al-Qaïda. Le commandement américain estime que le réseau, même affaibli, conserve la capacité de monter des opérations complexes, notamment à Mossoul. Le 31 mars, huit personnes avaient été tuées dans des violences à Mossoul, dont un attentat suicide au camion piégé contre un poste de police.

Mossoul est considérée par le commandement américain comme l'épicentre de l'action des partisans en Irak d'Oussama ben Laden, repoussés en 2007 de Bagdad et de l'ouest du pays. L'armée irakienne y mène depuis mai 2008 une vaste offensive mais des attentats continuent régulièrement de faire des victimes.

Le niveau des violences a baissé ces derniers mois en Irak, tombant à son niveau le plus bas depuis les premiers mois de l'invasion américaine en mars 2003. Mais une série d'attentats en mars et au début d'avril, notamment à Bagdad avec six attentats à la voiture piégée le 6 avril qui ont fait 34 morts et près de 130 blessés, ont ravivé les craintes d'un regain des violences alors que les 140 000 soldats américains commencent à se retirer progressivement d'Irak.

À voir en vidéo