Forum mondial de l'eau - Une finale dans le désaccord

Un peu d’eau fraîche pour un jeune garçon de Colombo, au Sri Lanka, hier. En Turquie, les participants rassemblés au Forum mondial de l’eau n’ont pu s’entendre sur une déclaration établissant clairement que l’accès à l’eau potable et
Photo: Agence France-Presse (photo) Un peu d’eau fraîche pour un jeune garçon de Colombo, au Sri Lanka, hier. En Turquie, les participants rassemblés au Forum mondial de l’eau n’ont pu s’entendre sur une déclaration établissant clairement que l’accès à l’eau potable et

Istanbul — Le temps de «l'eau facile» est révolu. Le message a traversé l'essentiel des débats du 5e Forum mondial de l'eau, qui s'est achevé hier à Istanbul sur une déclaration politique jugée par nombre de participants fade et inadaptée à l'urgence.

Adoptée à l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, la déclaration ministérielle formule une série de recommandations, allant de la nécessité de modifier les modes de consommation d'eau, en particulier dans l'agriculture, à celle de collecter et de traiter les eaux usées, au-delà de l'indispensable accès aux toilettes.

Pendant une semaine, sur les rives du Bosphore, plus de 25 000 personnes ont débattu des moyens de protéger et de préserver cette ressource, sous la double pression de la croissance démographique (9 milliards d'humains en 2050 contre 6,5 milliards aujourd'hui) et du réchauffement climatique.

«Le Bangladesh fait face à des défis effrayants», est venu rappeler Ramesh Chandra Sen, son ministre de l'Eau, évoquant «les inondations, l'érosion des berges».

«L'avenir de l'agriculture est dans une utilisation plus efficace de l'eau», a souligné Jacques Diouf, directeur général de la FAO, rappelant que l'agriculture représentait à elle seule 70 % de la consommation mondiale.

Si la semaine a donné lieu à un véritable foisonnement d'idées et d'échanges, mettant en relief le lien étroit entre eau, énergie et alimentation, son épilogue a laissé un goût amer.

Tous les participants ne partageaient pas, loin s'en faut, la position du ministre turc de l'Environnement, Veysel Eroglu, selon lequel la déclaration finale est «un document important qui servira de repère».

La France, l'Espagne et plusieurs pays d'Amérique latine et d'Afrique ont tenté, en vain, de faire modifier le texte afin qu'il stipule que l'accès à l'eau potable et à l'assainissement est un «droit» humain fondamental et non pas seulement un «besoin», comme cela a été retenu.

Une vingtaine de pays — parmi lesquels l'Espagne, l'Afrique du Sud ou le Bangladesh — ont signé hier une déclaration dissidente, selon un délégué vénézuélien.

«Je suis déçue, car je pense que c'est un droit très important», a réagi la secrétaire d'État française à l'Écologie, Chantal Jouanno. «Il est choquant de voir que, pour la première cause de mortalité dans le monde, il n'y a pas plus de mobilisation politique», a-t-elle regretté.

Environ 80 % des maladies des pays en développement (diarrhées, choléra...) sont liées à l'eau.

Le sénateur français Jean-François Legrand, qui a animé à Istanbul un collège d'environ 300 parlementaires originaires de près de 90 pays, a jugé la déclaration ministérielle «incolore, inodore et sans saveur».

Plusieurs ONG ont regretté que les débats sur la «diplomatie de l'eau» n'ait pas progressé de manière sensible.

«Les conflits liés à l'eau peuvent survenir à tous les niveaux», a rappelé l'ONU dans un rapport extrêmement clair quelques jours avant le début du Forum. «Des conflits locaux liés à l'irrigation sont fréquents (...) des conflits se produisent aussi au niveau des cours d'eau transfrontalier».

La France a annoncé avant le Forum son intention de ratifier la convention des Nations Unies sur les cours d'eau transfrontaliers, adoptée en 1997 mais qui n'est toujours pas entrée en vigueur, faute d'avoir atteint la barre des 35 ratifications nécessaires.

Les villes de Marseille et Durban, en Afrique du Sud, sont en lice pour accueillir la prochaine édition du Forum, en 2012.

À voir en vidéo