En bref - L'eau, «droit» ou «besoin»?

Istanbul — L'accès à l'eau est-il un «droit» ou un simple «besoin» fondamental? La question fait l'objet de très vifs débats au cinquième Forum mondial de l'eau à Istanbul, où les politiques viennent de rentrer en scène sur un constat de désaccord. La partie ministérielle de ce Forum, où une centaine de pays sont représentés, a débuté hier après-midi à Istanbul en l'absence d'accord sur le contenu de la déclaration finale, qui doit être publiée dimanche, Journée mondiale de l'eau. Environ un milliard de personnes dans le monde n'ont pas accès à l'eau potable. La dernière version du projet de déclaration, négocié depuis des mois, stipule que l'accès à l'eau potable et à l'assainissement est un «besoin humain fondamental» et non pas un «droit». «La différence est fondamentale!», explique

Anil Naidoo, de l'ONG BluePlanet Project. «Légalement, un "besoin humain" n'a aucune valeur. C'est enfoncer des portes ouvertes», ajoute-t-il, soulignant qu'au moins 30 pays ont aujourd'hui intégré la notion de droit à l'accès à l'eau dans leur Constitution.

À voir en vidéo