Madagascar : le Parlement est suspendu

Antananarivo — Le nouveau président de transition de Madagascar Andry Rajoelina a annoncé hier la suspension des activités de l'Assemblée nationale et du Sénat, 48 heures après son accession au pouvoir contestée par les États-Unis et l'Afrique australe.

Les pouvoirs du Parlement, largement dominé par les partisans de Marc Ravalomanana forcé de démissionner de la présidence, seront exercés par deux nouvelles institutions — une Haute Autorité pour la transition et un Conseil pour le redressement économique et social — ainsi que par le gouvernement, a déclaré le nouveau porte-parole du gouvernement, Augustin Andriamananoro. Cette décision a été annoncée à l'issue du premier Conseil des ministres présidé par M. Rajoelina.

La «Haute Autorité pour la transition est garante du fonctionnement régulier des institutions et de la démocratie durant la période transitoire qui ne peut excéder 24 mois», a ajouté le porte-parole.

M. Rajoelina, qui a rencontré hier le nouvel ambassadeur de France à Madagascar Jean-Marc Châtaigner venu en visite de courtoisie, a estimé que la question de la reconnaissance de son pouvoir par la communauté internationale ne se posait plus. «La question n'est plus la reconnaissance, mais la façon dont nous allons diriger la transition», a-t-il assuré.

Pourtant, la communauté internationale, restée jusque-là prudente, a commencé hier à contester ce changement intervenu à la tête de l'État malgache après trois mois de crise entre MM. Rajoelina et Ravalomanana et une centaine de morts.

À voir en vidéo