L'anniversaire de l'exil du dalaï-lama approche - La tension monte au Tibet

Tagong —La police chinoise a découvert des explosifs sous un pont de la préfecture de Changdu, au Tibet, a-t-on appris hier de sources chinoises autorisées, alors que les vacances du début d'année s'annoncent tendues dans la communauté tibétaine de l'ouest du pays.

Près d'un an après les émeutes de Lhassa et des provinces voisines de la région autonome, les forces de l'ordre sont en état d'alerte à la veille des congés.

Les festivités du Nouvel An coïncident, qui plus est, avec le 50e anniversaire de la fuite du dalaï-lama, qui vit en exil en Inde depuis le soulèvement avorté de 1959 contre la souveraineté chinoise.

Selon le chef spirituel des bouddhistes tibétains, Pékin n'hésitera pas à réprimer à nouveau tout mouvement de protestation.

«Comme nous le soupçonnions, la campagne de fermeté a été réactivée au Tibet et il y a une importante présence militaire dans la plupart des villes du Tibet», a-t-il déclaré hier à New Delhi.

«Partout, ceux qui oseront exposer un tant soit peu leurs aspirations auront à faire face à la torture et la détention.

«L'intention [...] est de soumettre le peuple tibétain à un degré de cruauté et de harcèlement tel qu'il ne pourra le tolérer et qu'il sera contraint

de protester. Lorsque cela se produira, les autorités pourront se livrer à une répression sans précédent et d'une violence inimaginable», a ajouté le dalaï-lama.

À voir en vidéo