Mesures de sécurité draconiennes en Irak

Bagdad — Les mesures de sécurité ont été renforcées hier à Bagdad, Mossoul et Diyala, les régions les plus dangereuses d'Irak, pour les élections provinciales d'aujourd'hui après l'assassinat de trois candidats et de deux membres de la Commission électorale.

Dans la province septentrionale de Ninive, la police a interdit dès hier à l'aube la circulation automobile alors que cette mesure ne s'applique dans le reste du pays qu'à 22h et se poursuit jusqu'à demain à à 5h. Jeudi, des inconnus avaient abattu à Mossoul Hazem Salem Ahmad, candidat de la liste sunnite Unité nationale irakienne.

À Diyala (est), autre province instable, le chef des opérations militaires a confié à l'AFP «avoir déployé beaucoup de forces, multiplié les contrôles et renforcé la présence près des bureaux de vote».

Jeudi, à quelques km de la frontière iranienne, Abbas Farhan al-Joubouri, un candidat de la liste «Réforme et Développement» et deux membres de la Commission électorale avaient été tués.

À Bagdad aussi, la police et l'armée quadrillaient la ville. Jeudi, Omar Farouk al-Ani, candidat sunnite du Front de la concorde irakienne, a été assassiné. Sur le mois écoulé, six candidats ont été tués.

À voir en vidéo