Ground Zero est nettoyé

New York — La dernière poutre d'acier de ce qui fut le World Trade Center a été enlevée, les ouvriers ont quitté le chantier: New York se préparait hier à célébrer ce matin, sobrement et tristement, la fin de plus de huit mois de travaux sur les lieux du drame.

Au lendemain des attentats contre les tours jumelles, les premières estimations faisaient état d'un an de travail et d'un coût de plus de un milliard de dollars pour déblayer le monstrueux amoncellement de décombres dans lequel plus de 2800 personnes ont trouvé la mort.


Mais la mobilisation de milliers de sauveteurs, d'ouvriers et de techniciens, motivés par la vague de patriotisme qui a submergé le pays, un généreux financement fédéral et une capacité d'organisation hors du commun ont permis de venir à bout


de la tâche trois mois plus tôt que prévu, pour une facture totale estimée aux environs de 750 millions de dollars.


Il avait été prévu initialement qu'une fois la phase d'urgence passée, le chantier ne fonctionne que de jour. Mais un hiver clément et la pression des familles désireuses de retrouver les corps de leurs proches disparus a permis aux machines et aux hommes de travailler 24 heures sur 24, sept jours sur sept.


Quelque 1,8 million de tonnes de métal, de béton et de décombres ont été évacués, d'abord en camion puis à bord de barges à travers le port de New York, vers le site d'une ancienne décharge sur l'île de Staten Island, transformée en centre de tri.


Là, tous les chargements ont été passés au tamis, permettant de trouver quelque 20 000 morceaux de corps humains, qui sont en voie d'identification grâce à leur ADN.


Pour l'instant, selon les chiffres officiels, seuls 1092 cadavres ont pu être identifiés, laissant plus de 1700 familles dans l'attente.


«Je suis content d'en avoir fini, on est tous soulagés», confiait hier matin à la presse Tom Fenech, un pompier de New York. Comme tous ses collègues, il a passé plusieurs jours par semaine, par roulement, à surveiller de près le travail des engins, à la recherche de corps, de restes humains ou d'effets personnels.


Ce matin à 10h29, l'heure à laquelle la deuxième tour de 110 étages s'est effondrée, une cérémonie marquera officiellement la fin des recherches.


Une poutre d'acier de 10 mètres de long et 58 tonnes, laissée érigée alors que toutes les autres étaient découpées, a été abattue mardi soir. Drapée dans une bannière étoilée, elle a été déposée sur le plateau d'un camion et sortira lentement, au son des cornemuses, de la fosse.


Elle sera suivie d'une civière vide, elle aussi recouverte du drapeau américain, pour symboliser le millier de victimes qui, vaporisées par la violence des effondrements et la chaleur des incendies, n'ont pas été retrouvées et ne le seront jamais.


Après avoir quitté le chantier, la dernière colonne d'acier sera stockée dans un entrepôt proche des pistes de l'aéroport Kennedy en attendant d'être utilisée, sans doute, dans le mémorial qui sera construit sur le site.


La question de la reconstruction du World Trade Center est loin d'être tranchée: elle ne devrait pas l'être, au terme d'intensives consultations des nombreuses parties, avant la fin de l'année.