En bref - Les Turcs accusent

Ankara — L'armée turque a accusé hier les Kurdes d'Irak de soutenir les rebelles kurdes retranchés sur leur territoire, pendant que des dizaines de milliers de personnes, rassemblées pour les funérailles des 15 soldats tués vendredi, criaient leur colère contre le PKK.

«Non seulement nous n'avons aucun soutien de l'administration du nord de l'Irak, mais elle fournit aux rebelles des infrastructures telles que des hôpitaux et des routes», a déclaré à la presse le chef d'état-major adjoint, le général Hasan Igsiz. Ankara accuse depuis longtemps l'administration du Kurdistan irakien, frontalier des régions kurdes du sud-est de la Turquie, de ne pas agir contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Vendredi, 15 soldats turcs ont été tués dans une attaque du PKK dans le sud-est de la Turquie, la plus meurtrière depuis le début de l'année. Classé organisation terroriste par la Turquie, l'Union européenne et les États-Unis, le PKK se bat depuis 1984 pour l'autonomie du sud-est de la Turquie, peuplé en majorité de Kurdes. Selon un récent bilan de l'armée turque, le conflit a fait 32 000 morts dans les rangs du PKK et près de 6500 dans celui des forces de sécurité. Quelque 5500 civils ont également été tués.