Bagdad - Une fin de ramadan sanglante

Bagdad — La fête du Fitr, qui célèbre la fin du ramadan, a été ensanglantée hier en Irak par deux attentats suicides visant deux mosquées chiites du sud de Bagdad, et d'autres violences qui ont au total fait 26 morts, selon plusieurs sources de sécurité irakiennes.

Deux kamikazes se sont fait exploser en début de matinée devant deux mosquées de Jadida et Zafaraniyah, des quartiers à majorité chiite du sud de Bagdad, où les fidèles étaient rassemblés pour la première prière du Fitr, au lendemain de la fin du jeûne par la majorité des chiites irakiens.

Le premier a déclenché la veste d'explosifs qu'il portait devant la porte de la mosquée al-Rassoul, à Jadida (sud-est), alors qu'il était poursuivi par des policiers qui l'avaient démasqué, selon les sources de sécurité. Vers midi, et malgré l'attentat, des dizaines de fidèles continuaient à affluer sur place pour prier.

À Zafaraniyah (sud), le kamikaze a précipité sa voiture piégée sur un barrage gardant l'entrée de la mosquée chiite. Quatre soldats et quatre fidèles ont été tués et vingt personnes blessées, selon les sources de sécurité.