100 000 à San Francisco, 400 000 en Australie

Plus de 100 000 personnes se sont rassemblées hier à San Francisco pour marquer leur opposition à une guerre en Irak.

Alors que des millions de personnes avaient manifesté la veille partout dans le monde, principalement en Europe, la manifestation de San Francisco avait été décalée à hier pour ne pas télescoper les célébrations du nouvel an chinois prévues samedi.

Dans ce bastion de la gauche américaine, les manifestants ont défilé en criant des slogans hostiles à l'administration Bush et dénonçant l'inutilité, à leurs yeux, d'une intervention militaire en Irak.

Hier aussi, plus de 400 000 Australiens, selon les organisateurs, ont défilé dans les rues de Sydney, de Brisbane et d'Adélaïde pour protester contre une intervention militaire en Irak.

Le centre de Sydney a été paralysé par 250 000 manifestants, selon les organisateurs, 200 000 d'après les estimations de la police. La ville n'avait pas connu une telle mobilisation depuis le mouvement de protestation contre la guerre au Vietnam au début des années 70.

Des milliers de musulmans marchaient avec des stars de la chanson et de la télévision, des gens de tous âges, et brandissaient des banderoles et des pancartes.

Le premier ministre John Howard est rentré hier d'une tournée aux États-Unis et en Grande-Bretagne. M. Howard, qui est l'un des plus fervents soutiens à la campagne du président américain George W. Bush, n'est pas convaincu que les manifestations en Australie signifient que l'opinion publique est fermement opposée à la guerre.

«Ce que je fais là, c'est ce qui me semble être bon pour l'Australie», a-t-il affirmé, ajoutant que la solution n'était pas «de lire chaque sondage d'opinion et de compter le nombre de manifestants».