Un rapport de l'ONU - De plus en plus d'enfants enrôlés dans des activités terroristes

Genève — De plus en plus d'enfants sont mobilisés dans des activités terroristes, comme les attaques suicides, et un nombre croissant d'entre eux sont détenus dans des prisons militaires, s'est alarmée hier la représentante de l'ONU pour la protection des enfants dans les conflits armés.

«Dans leur lutte entre terrorisme et contre-terrorisme, de nombreux groupes d'insurgés non seulement mobilisent des enfants dans leurs activités politiques et militaires mais les utilisent également dans les attaques suicides», a déclaré Mme Radhika Coomaraswamy.

Selon la représentante spéciale qui a dévoilé hier son rapport devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU réuni en session plénière à Genève, des enfants bombes humaines sont utilisés en Afghanistan et en Irak.

Actuellement «quatre enfants sont détenus en Afghanistan après avoir tenté de commettre des attaques suicides», a-t-elle précisé.

L'utilisation des enfants dans les conflits, «essentiellement le fait d'acteurs non étatiques», a «rapidement augmenté en Irak depuis 2004, notamment à cause des violences sectaires», a-t-elle relevé.

En Afghanistan, «on a vu une rapide augmentation du recrutement d'enfants depuis un an et demi, essentiellement près de la frontière pakistanaise», a poursuivi la représentante de l'ONU.

Parallèlement, le nombre d'enfants détenus dans des prisons militaires sans procédure judiciaire adéquate a augmenté.

«En Irak, il y a 500 enfants détenus dans des prisons militaires américaines et 1000 enfants détenus dans des prisons militaires irakiennes», a indiqué Mme Coomaraswamy.

Selon ses informations, «400 enfants sont détenus dans des prisons israéliennes» en Israël et dans les Territoires palestiniens.

Dans son rapport devant l'Assemblée générale de l'ONU en juin dernier, la représentante spéciale avait donné la liste de 16 acteurs utilisant des enfants dans les conflits armés, dont trois États, la Birmanie, le Soudan et l'Ouganda.

Parmi les groupes non-étatiques incriminés, une majorité sont des insurgés africains. Le Burundi, la République de Centre Afrique, la République démocratique du Congo, la Somalie, le Soudan, l'Ouganda et le Tchad comptent de nombreux groupes recrutant des enfants soldats.

Au total, entre 250 000 et 300 000 enfants sont enrôlés pour se battre dans des conflits armés dans le monde, a déclaré la représentante.

À voir en vidéo