Un autre raid américain en territoire pakistanais

Miranshah — Des missiles tirés par des drones de l'armée américaine ont fait au moins 16 morts hier dans un village pakistanais proche de la frontière afghane qui sert de base à un commandant taliban, ont rapporté des témoins.

La plupart des tués étaient des combattants pakistanais et des taliban, a indiqué un responsable des services de renseignement. «Aucun combattant étranger n'a trouvé la mort», a-t-il indiqué. Dans un premier temps, un autre officier des services de renseignement avait déclaré que des combattants ouzbeks et arabes se trouvaient dans le bâtiment visé par les drones.

L'attaque a fait en outre de 15 à 20 blessés, essentiellement des femmes et des enfants qui ont été transportés vers l'hôpital de la ville voisine de Miranshah.

Le village de Dandi Darpakheil, la localité visée au Nord-Waziristan, abrite une école religieuse, ou madrasa, fondée par Jalaluddin Haqqani, un ancien de la résistance afghane contre l'invasion soviétique et proche d'Oussama ben Laden. Haqqani serait également lié aux services pakistanais du renseignement, notamment l'Inter-Services Intelligence (ISI). En juillet, le New York Times a rapporté que la CIA avait fourni au gouvernement pakistanais des éléments étayant ces soupçons.

De source militaire, on confirme que les missiles — dont le nombre varie de trois à six selon les témoignages — visaient sa madrasa ainsi qu'une maison lui appartenant.

À en croire l'un de ses fils, Haqqani était en Afghanistan au moment de l'attaque. L'ex-moudjahid, dont l'état de santé se serait dégradé, n'est plus aussi actif que par le passé, mais un autre de ses fils, Sirajuddin, qui était en compagnie de son père lors du raid, occupe une position importante dans le mouvement taliban.

Ces dernières semaines, les forces étrangères présentes en Afghanistan ont intensifié les raids aériens en territoire pakistanais, base arrière des taliban et d'al-Qaïda.

La semaine dernière, des commandos héliportés de l'armée américaine sont passés à l'action au Sud-Waziristan, ce qui constitue la première incursion connue de troupes américaines sur le sol pakistanais depuis leur intervention en Afghanistan, fin 2001. Ce raid a fait 20 morts, dont des femmes et des enfants. Il a suscité la colère des autorités pakistanaises, qui ont temporairement fermé une des routes permettant le ravitaillement des forces étrangères présentes en Afghanistan. L'accès a été rouvert, a annoncé hier un responsable du ministère de l'Intérieur.

À voir en vidéo