En Photo - Coupable? «je refuse de me prononcer!»

Photo: Agence Reuters

L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a refusé hier d'annoncer s'il plaidait coupable ou non des accusations de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide, devant le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie.

«Conformément à ce que j'ai dit auparavant, je refuse de me prononcer», a déclaré Radovan Karadzic alors que le juge britannique Iain Bonomy lui déclinait le premier des 11 chefs d'accusation retenus contre lui pour son rôle dans la guerre de Bosnie. M. Bonomy lui a alors demandé s'il avait l'intention de donner la même réponse pour l'ensemble des charges qu'il s'apprêtait à lui soumettre. L'accusé a répondu par l'affirmative. «Dans ce cas, je plaide non coupable en votre nom, sur la totalité de l'acte d'accusation», comme le prévoit la procédure, a conclu le juge. Karadzic a expliqué qu'il ne plaiderait que lorsqu'il aurait connaissance de l'acte d'accusation définitif, précisant qu'il n'avait pas encore fini la composition de l'équipe qui l'assistera en dehors de la salle d'audience. Il est considéré comme le cerveau du «nettoyage ethnique» lancé, avec l'appui de Belgrade selon le procureur du TPI, contre les Musulmans et Croates durant la guerre de Bosnie (1992-1995), et ayant fait 10 000 morts et 2,2 millions de déplacés.