Moussaoui et le 11 septembre - Une agente du FBI accuse ses chefs

Washington — Une agente du FBI , Coleen Rowley, accuse sa direction d'avoir délibérément ignoré ses mises en garde avant le 11 septembre alors qu'elle leur avait fait parvenir des informations recueillies auprès de Zacarias Moussaoui, rapporte l'hebdomadaire Time. Le magazine vient de publier dans sa version en ligne (www.time.com) l'intégrale d'une lettre d'une dizaine de pages adressée au chef du FBI, Robert Mueller, dans laquelle Rowley explicite ses griefs.

Un responsable, qui n'est pas nommé, est plus particulièrement visé: celui chargé de superviser les opérations des «agents spéciaux» qui a, selon elle, «presque délibérément contrecarré les efforts des agents de Minneapolis» (Minnesota) qui ont arrêté le Français Moussaoui le 16 août. Le Supervisory Special Agent (SSA), décrit par Rowley comme la personne la plus impliquée au sein de la direction du FBI dans l'enquête autour de Moussaoui, a même continué à lui mettre des bâtons dans les roues après le 11 septembre.


«Des membres clés du quartier général du FBI [à Washington] [...] ont continué de façon presque inexplicable de semer des embûches et de dénigrer» les efforts des agents de Minneapolis qui tentaient notamment d'obtenir du département de la Justice un mandat de perquisition pour fouiller l'ordinateur de Moussaoui, dit-elle. Moussaoui, 33 ans, a été arrêté alors qu'il apprenait à piloter dans le Minnesota. Les enquêteurs pensent aujourd'hui qu'il aurait pu être le 20e pirate de l'air à bord des avions pilotés par les pirates de l'air le 11 septembre.


D'autre part, des conversations interceptées dans les milieux islamistes italiens ont évoqué à mots couverts l'attaque terroriste du 11 septembre plusieurs mois avant, révèlent des écoutes policières publiées hier par le Corriere della Sera et La Repubblica.


Ces enregistrements font allusion aussi à un approvisionnement en faux passeports et renforcent la piste de l'Italie dans l'enquête sur les attentats américains, selon ces sources. Ils ont été réalisés entre le 12 août 2000 et le 12 février 2001 et deux interlocuteurs y parlent notamment d'«un plan qui glacera tout le monde, réalisé par un fou à lier, un fou mais un génie». Ces écoutes viennent d'être décryptées et traduites en italien.


L'enregistrement du 12 août est le plus impressionnant.«Nous pouvons combattre n'importe quelle puissance avec des bougies [des explosifs] et des avions», déclare l'un des hommes placés sur écoute, identifié comme Abdoulsalam Ali Abdoulrahman. «Ils ne pourront pas nous arrêter même avec leurs armes plus lourdes. Nous devons seulement les toucher et avoir la tête haute. Rappelle-toi: le danger dans les aéroports», poursuit-il.